mardi 30 juillet 2013

le Sourire et la Pensée de la semaine de Matthieu Ricard.,

13


Jeune femme de la vallée de Dzongsar (Tibet oriental, 2010)

Le désarroi dans lequel nous nous trouvons est en fait une aubaine : il témoigne de notre sensibilité. Ceux qui traverse la vie sans le moindre sentiment de détresse sont inconscients. La détresse induite par notre prise de conscience recèle un immense potentiel de transformation, un trésor d'énergie dans lequel nous pouvons puiser à pleines mains et que nous pouvons utiliser pour construire quelque chose de meilleur, ce que l'indifférence ne permet pas. 
Transcrit par l'auteur d’après un conseil donné oralement.
JIGME KHYENTSE RINPOCHE (b. 1964)


lundi 1 juillet 2013

le Sourire et la Pensée de la semaine de Matthieu Ricard.,

9

Pensée de la semaine
Nous sentir responsable de nos proches est louable, mais nous avons la capacité d’ouvrir notre esprit suffisamment pour assumer une responsabilité bien plus grande, celle de l’infinité des êtres. 
Pourquoi limiter notre profond sentiment de tendresse à quelques personnes, alors que nous pouvons l’étendre à tous les êtres ?
Transcrit par l'auteur d’après un conseil donné oralement.
JIGME KHYENTSE RINPOCHE (b. 1964)

Namasté

Je vous invite à suivre

"Voyages et Abstraits"

l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

Merci à vous chers lecteurs.

Contact: chc.fineart@gmail.com