vendredi 31 janvier 2014

Recently when speaking about the wars the 20th century the Dalai Lama said



Recently when speaking about the wars the 20th century the Dalai Lama said, “if that tremendous violence had ultimately left the world a better place, perhaps it could have been justified, but that doesn’t seem to have been the case. At present as a result of fighting in Syria and Sudan women, children and old people are suffering. This is a hangover from the 20th century and the notion that problems can be solved by force, and that your victory is won in the destruction of your enemy. When communities or nations were simply self-sufficient this may have made some sense, but the reality is that we are now interdependent on a global level so the concept of the war is out of date.”

jeudi 30 janvier 2014

le Sourire et la Pensée de la semaine de Matthieu Ricard.,

Sourire de la semaine

39
Médecin tibétain et petite fille nomade, région de Tsatsa (Tibet, 2005)http://www.matthieuricard.org/

Pensée de la semaine

Quand vous reconnaîtrez la nature du samsara, vous serez envahis par une grande lassitude [....]. Vous verrez clairement à quel point les voies du monde ordinaire sont erronées et trompeuses, et vous vous en lasserez comme le vieillard se lasse des jeux d’enfant auquel on l’a forcé à prendre part. Quand vous comprendrez que passer vos jours à vous attacher à vos amis et à comploter pour défaire vos ennemis ou vos rivaux n’est que folie, ces activités ne vous fascineront plus. Quand vous serez frappés par l’inutilité de vous laisser sans cesse entraîner et conditionner par vos tendances habituelles, l'écœurement vous gagnera [....]. Il vous incitera à rechercher la libération, et si vous faites effort en ce sens, vous y parviendrez. [...]
Dilgo Khyentse Rinpoche, Au Cœur de la compassion, Editions Padmakara, 1995,p. 102.
DILGO KHYENTSE RINPOCHE (1910-1991)

lundi 27 janvier 2014

Dalai Lama news,

“When we feel love and kindness toward others, it not only makes others feel loved and cared for, but it helps us also to develop inner happiness and peace.”

- His Holiness the Dalai Lama

In photo : His Holiness and Richard Gere (Hollywood Actor/Director)
 

dimanche 26 janvier 2014

Dalai Lama news

His Holiness the Dalai Lama exchanging greetings with a staff member at Raj Bhavan, the Governor of Chattisgarh's residence, in Raipur, Chattisgarh, India on January 15, 2014. (Photo by Tenzin Choejor/OHHDL)

Dalai Lama said,

 Order to understand the way our brains behave, we can observe our emotions and their effects. In the past, it seemed as though science and spirituality were opposed to each other. However, it’s not a useful division to maintain, because the one tradition deals with knowledge of the material world and the other with the inner world of the mind; we need to know about both.

Pour comprendre la façon dont notre cerveau se comportent, nous pouvons observer nos émotions et leurs effets. Dans le passé, il semblait que la science et la spiritualité sont opposés l'un à l' autre. Cependant, ce n'est pas une division utile à maintenir, parce que les offres de tradition l'un ayant une connaissance du monde matériel et l'autre avec le monde intérieur de l'esprit; nous avons besoin de connaître les deux.






samedi 25 janvier 2014

Buddha's Dharma, 24



"If you’re respectful by habit,
constantly honoring the worthy,
four things increase:
long life, beauty,
happiness, strength."- Dhammapada
~Buddha~

vendredi 24 janvier 2014

Dalai Lama news, and Dalai Lama said,

His Holiness the DaLai Lama reciting a Buddhist text at the Chaanda Devi Caves where the Indian philosopher Nagarjuna meditated in Sirpur, Chattisgarh, India on January 14, 2014. (Photo by Tenzin Choejor/OHHDL)


I consider non-violence to be compassion in action. It doesn’t mean weakness, cowering in fear, or simply doing nothing. It is to act without violence, motivated by compassion, recognising the rights of others.


mercredi 22 janvier 2014

Dalai Lama said,

Buddha-Nature exists in everyone no matter how depply it may be covered over by greed, anger and foolishness, or buried by his own deeds and retribution. Buddha-Nature can not be lost or destroyed; and when all defilements are removed, sooner or later it will reappear.
/H.H.Dalai Lama/


lundi 20 janvier 2014

Une méditation sur l’optimisme

Une méditation sur l’optimisme



Asseyez-vous confortablement et respirez calmement et naturellement. Concentrez quelques instants votre attention sur le souffle qui va et vient. Soyez présents à la sensation que crée le passage de l’air dans les narines, notez également le moment où le souffle est suspendu, entre l’expiration et l’inspiration suivante. Que votre respiration soit longue ou courte, soyez simplement conscients du fait qu’elle est longue ou courte. Ainsi, votre esprit deviendra un peu plus calme, clair et stable.
Dites-vous ensuite qu’il y a de nombreuses façons de faire l’expérience du monde. Voir la vie en or, c’est essentiellement se rendre compte que tous les êtres, y compris vous-même, ont en eux un potentiel de transformation intérieure et d’action.
Comprenez que les circonstances extérieures sont sans cesse changeantes et que rien n’est gravé dans la pierre. Soyez confiant dans le fait qu’il est possible de réaliser vos aspirations et qu’avec patience, détermination et intelligence, vous finirez le plus souvent par les accomplir.
Dites-vous que vous pouvez toujours faire mieux (au lieu d’être catastrophé, résigné ou dégoûté), limiter les dégâts (au lieu de tout laisser partir à la dérive), trouver une solution de rechange (au lieu de stagner dans l’échec), rebâtir ce qui a été détruit (au lieu de se dire « tout est fini ! »). Comprenez qu’il faut faire des efforts soutenus dans la direction qui semble la meilleure et utiliser chaque moment présent pour progresser et pour cultiver la liberté intérieure, au lieu de perdre son temps à ruminer le passé et à craindre l’avenir.
À la fin de cette petite méditation, demeurez quelques instants dans le calme, sans constructions mentales particulières, en appréciant cet espace de sérénité lucide au fond de vous-même. Dédiez cette pratique au bien-être de tous les êtres… vous-même y compris

le Sourire et la Pensée de la semaine de Matthieu Ricard.,

http://www.matthieuricard.org/

Sourire de la semaine

38
Femme nomade devant son âtre (Tibet oriental, 1985)http://www.matthieuricard.org/

Pensée de la semaine

La bonne chère, la danse, le chant et les autres plaisirs sensoriels ne nous satisfont jamais totalement. [...] D’abord, ces plaisirs ne comblent pas à la fois le corps et de l’esprit. Ensuite, ils dépendent de circonstances extérieures dont nous n’avons jamais le contrôle absolu, et ne sont donc pas toujours accessibles sur-le-champ, pas plus qu’ils ne sont disponibles partout et chaque fois qu’on les désire. [...] À bien y réfléchir, les plaisirs sont causes de grandes frustrations et de souffrances répétées. [...] En revanche, le bonheur procuré par le Dharma est tout différent. Il imprègne le corps et l’esprit à tout moment et en toute circonstances. [...] Aucun ennemi ni aucun événement ne peuvent nous le ravir, et ses bienfaits s’étendent jusque dans nos vies futures. En cela, il représente un but ultime à réaliser.
Asanga, extrait du gdams ngag rin po che'i mdzod, rassemblé et édité par Jamgön Kongtrul Lodrö Thayé ('jam mgon kong sprul blo gros mtha' yas, 1813-1899), Shechen Publications, Inde, 1999, vol.3, p. 458-9.
ASANGA (sixth century)

dimanche 19 janvier 2014


This weekend, lets post Save Tibet pictures on all our Facebooks.

also, please send your photos/pics here on message/comment and we shall reshare/repost.
This weekend, make sure the world knows we mean business:

Tibet is NOT China
Tibet is NOT doing fine under the Chinese regime.


help counter the lies the Chinese and also some Tibetans (who have been influenced and in some cases, threatened, by the Chinese CCP ) are spreading around the globe that *all is wonderful in Tibet*]

it is NOT fine at all.

Tibet still is an occupied country..by China.

and the people of Tibet are suffering greatly in their own land.

the real situation in Tibet is not a pretty picture at all..

Ce week-end, permet de soumettre des photos sauver le Tibet sur ​​tous nos Facebooks. 

aussi, s'il vous plaît envoyez vos photos / photos ici sur le message / 
commentaire et nous repartager / republication. 
Ce week-end, assurez-vous que le monde sait que nous ne plaisantons pas: 

Tibet n'est pas la Chine 
Tibet ne fait pas amende en vertu du régime chinois. 


aider à contrer les mensonges les Chinois et aussi des Tibétains
 (qui ont été influencés et, dans certains cas, menacées, par le PCC chinois) 
se répandent dans le monde entier que tout est merveilleux * au Tibet *] 

il n'est pas bien du tout. 

Le Tibet est encore un pays occupé .. par la Chine. 

et le peuple du Tibet souffrent beaucoup dans leur propre pays. 

la situation réelle au Tibet n'est pas une belle image du tout ..

samedi 18 janvier 2014

Losar 2014 is the Tibetan New Year 2141 - The year of male, wood and horse.

In honor of Losar, the Tibetan New Year, The Tibetan Gallery & Studio and The Dalai Lama Foundation present a special celebration featuring an art auction and fundraising event. The auction will include a Tibetan thangka and works by Tashi Dhargyal, founder of the Tibetan Gallery & Studio, as well as selected works from The Dalai Lama Foundation's art exhibition, "The Missing Peace: Artists Consider the Dalai Lama".

The event will open with a special blessing by local Tibetan monks and there will be a silent auction as well as a live auction featuring art as well as experiential items.

Hors d'oeuvres will be provided regional restaurants with wines by Marimar Estates, La Follette, Hestan Vineyards and nonalcoholic beverages provide by The Kefiry. We will also be sampling some traditional Losar foods.

In addition to the auctions, there will be live entertainment featuring Tibetan musicians.

Tickets available are $108 and available from Brown Paper Tickets - http://tibetangallery.brownpapertickets.com/

ABOUT THE TIBETAN GALLERY & STUDIO
The Tibetan Gallery & Studio is home to Tibetan thangka painting master, Tashi Dhargyal. He is the first Tibetan to paint a giant ceremonial thangka, known as thanbhochi, outside Tibet. It is estimated it will take five years to complete, after which it will tour museums, and be donated to a monastery in Tibet. The two-story canvas is comprised of 37 Buddhas, deities and teachers. The Gallery is fiscally sponsored and has the aim of preserving Tibetan art.

ABOUT THE DALAI LAMA FOUNDATION
The Dalai Lama Foundation is a non-profit, charitable organization that was established in 2002, with the Dalai Lama's endorsement and advice. The mission of The Dalai Lama Foundation is to support the development of our shared global capacity for ethics and peace, based on a non-dogmatic ethic of compassion.




Losar Celebration with Art Auction and Fundraising Event







Événement

Losar Celebration with Art Auction and Fundraising Event
In honor of Losar, the Tibetan New Year, The Tibetan Gallery & Studio and The Dalai Lama Foundation present a special celebration featuring an art auction and fundraising event. The auction will include a Tibetan thangka and works by Tashi Dhargyal, founder of the Tibetan Gallery & Studio, as well as selected works from The Dalai Lama Foundation's art exhibition, 
The Missing Peace: Artists Consider the Dalai Lama.

The event will open with a special blessing by local Tibetan monks and there will be a silent auction as well as a live auction featuring art as well as experiential items.

Hors d'oeuvres will be provided regional restaurants with wines by Marimar Estates, La Follette, Hestan Vineyards and nonalcoholic beverages provide by The Kefiry. We will also be sampling some traditional Losar foods.

In addition to the auctions, live entertainment will be featuring Tibetan musicians.

ABOUT THE TIBETAN GALLERY & STUDIO
The Tibetan Gallery & Studio is home to Tibetan thangka painting master, Tashi Dhargyal.  He is the first Tibetan to paint a giant ceremonial thangka, known as thanbhochi, outside Tibet. It is estimated it will take five years to complete, after which it will tour museums, and be donated to a monastery in Tibet. 

The two-story canvas is comprised of 37 Buddhas, deities and teachers.
 The Gallery is fiscally sponsored and has the aim of preserving Tibetan art.

ABOUT THE DALAI LAMA FOUNDATION
The Dalai Lama Foundation is a non-profit, charitable organization that was established in 2002, with the Dalai Lama's endorsement and advice.

 The mission of The Dalai Lama Foundation is to support the development of our shared global capacity for ethics and peace, based on a non-dogmatic ethic of compassion




jeudi 16 janvier 2014

Tibetan dancers from Tibetan Childrens' Village

Tibetan dancers from Tibetan Childrens' Village (TCV) Bylakuppe perform during celebrations of the 150th anniversary of the birth of Swami Vivekananda in Coimbatore, Tamil Nadu, India on January 7, 2014. 


mardi 14 janvier 2014

le Sourire et la Pensée de la semaine de Matthieu Ricard.,

Sourire de la semaine

37
http://www.matthieuricard.org/
Femme âgée du village de Shéchèn (Tibet oriental, 2007)

Pensée de la semaine

Quand nous pensons continuellement “moi ! moi ! moi !” et ne parlons que de nous-mêmes, nous réduisons considérablement la dimension du monde que nous voulons nôtre, et les événements qui se produisent dans la sphère étroite de cet égoïsme nous affectent profondément et troublent à coup sûr notre paix intérieure. La situation est très différente quand nous nous sentons en premier lieu concernés par les autres, quand nous pensons que ces derniers sont si nombreux que nos préoccupations personnelles, en comparaison, sont négligeables. Si, de plus, notre désir est de résoudre leur souffrance, celle-ci, loin de nous décourager, ne fait que renforcer notre courage et notre détermination, à l'inverse de l’apitoiement sur soi qui nous déprime et sape notre courage.
Enseignements oraux donnés à Schvenedingen en Allemagne, 1998.
FOURTEENTH DALAI LAMA, TENZIN GYATSO (b. 1936)

dimanche 12 janvier 2014

Chine :Tintin reporter interdit au Tibet !

10 janvier 2014 - 07h10
Le blog de Stéphane Lagarde

En quelques mots


Le temps de la radio et ses formats sont parfois réducteurs pour raconter ce pays continent où tout change tout le temps.

Au travers de ce blog, je vous invite à partager mes rencontres, mes voyages et les 1000 petits riens qui font le quotidien, forcement subjectif, d’un correspondant de presse à Pékin.
L’auteur : Stéphane Lagarde est correspondant permanent de RFI à Pékin


samedi 11 janvier 2014

Losar, le nouvel an tibétain, ses symbolismes et son déroulement...


Le Tibet traditionnel demeure le plus souvent inconnu des Occidentaux. Monsieur Dakpa a connu son pays avant l’invasion de 1959, l’époque où le Tibet jouissait pleinement de la richesse de sa civilisation originale encore intacte dans une atmosphère libre d’un point de vue politique, social et culturel. Partout au Tibet, le nouvel an ou Losar est considéré comme la fête la plus importante de l’année.
Chacun sait que le Tibet est un pays vaste aux traditions et coutumes extrêmement diversifiées grâce à sa situation géographique particulière, à ses traditions religieuses et sociales uniques dans le monde. Parmi ces traditions multiples : la fête du nouvel an tibétain "Losar".
Losar est considéré comme la fête la plus importante de l’année partout au Tibet, bien que dans certaines régions, on ne le fête pas à la même date, comme dans la région de Kongpo (sud-est du Tibet) où on fête le nouvel an vers le mois de novembre correspondant à la nouvelle année agricole (Sonam Losar) marquant le début des récoltes. Mais cela ne les empêche pas de fêter une deuxième fois le nouvel an commun avec d’autres Tibétains le 1er jour du 1er mois tibétain.
Bien entendu, le Losar est fêté partout où il y a des Tibétains, que ce soit au Tibet ou en exil, mais il semble qu’il soit aujourd’hui célébré avec moins de moyens et de rigueur au Tibet, ceci en raison de l’absence totale de liberté.
Avant que la nouvelle année commence, une préparation rituelle s’effectue pour permettre que la nouvelle année soit une année heureuse et sans obstacle pour le pays et ses habitants. Cette préparation rituelle peut se diviser en deux parties : monastique et populaire.




La préparation rituelle monastique

La symbolique de ces rituels consiste à éliminer tout élément négatif de l’année qui vient de s’achever et à commencer une année nouvelle sans obstacle. Le plus marquant des rituels monastiques se déroule au monastère de Namgyal (monastère privé des Dalaï Lamas situé dans le palais du Potala à Lhassa). Le vingt-neuvième jour du douzième mois tibétain, les moines de ce monastère - à la suite d’une longue prière et d’un rituel tantrique - organisent une session de danses sacrées (Tcham) invoquant les divinités protectrices tantriques. Ces danses se déroulent durant toute une journée.
A la fin de ces danses, une sculpture géante (Goutor) est transportée en procession à l’extérieur du Potala par les moines du monastère de Namgyal. Celle-ci est brûlée en guise d’exorcisme afin de chasser les mauvais esprits et d’éliminer les aspects négatifs de l’année qui s’achève, ce, en présence de la population de Lhassa et de la foule de pèlerins venus assister à la cérémonie.




La préparation rituelle populaire

D’un point de vue laïc et populaire, le même jour, c’est à dire le vingt-neuvième jour du douzième mois tibétain, les Tibétains - après avoir nettoyé de fond en comble leur demeure prennent la "Soupe du 29ème jour" appelée Gouthouk.
Cette soupe est composée de boulettes de farine de blé, de viande et de radis. Dans cette soupe, certaines boulettes seront farcies avec des symboles comme par exemple : un caillou blanc, de la laine ou du charbon, etc..
Quelle est la symbolique de ces ingrédients non comestibles ?
- Le caillou blanc reflète une pensée pure donc positive et à conserver pour la nouvelle année.
- La laine, un caractère lent et doux, mais tout ce qui est lenteur est à rejeter pour cette nouvelle année et la douceur est bien entendu à conserver.
- Le charbon signifie votre pensée est noire donc négative, il faut rejeter cette facette pour la nouvelle année.
Après la soupe, la maîtresse de maison passe auprès de chaque membre de la famille pour distribuer une boule de farine d’orge grillée (Tsampa). Cette boule de tsampa est frottée symboliquement par chacun sur l’ensemble de son corps afin que celle-ci prenne tous les éléments négatifs de la personne et chacun laisse son empreinte de la main sur la boule. Toutes les boules sont ramassées et réunies autour d’une effigie en tsampa à forme humaine dans un récipient. Cette effigie symbolise le mal et va effectuer un grand voyage en emportant ces boules de tsampa contenant les aspects négatifs de l’année passée et les restants de la soupe en guise de repas. Un jeune membre de la famille se charge de sortir et de déposer l’ensemble (effigie + boules + restants de nourriture) à l’extérieur de la demeure au croisement des chemins. Ainsi, les forces négatives accumulées au cours de l’année sont expédiées au loin.
Les festivités de la période du Losar peuvent se diviser en deux parties : les festivités institutionnalisées et les festivités populaires.



Festivités institutionnalisées

Parmi les festivités institutionnalisées, les plus connues sont celles organisées au niveau du gouvernement tibétain et notamment, dans le palais du Potala autour de Sa Sainteté le Dalaï Lama, chef spirituel et temporel du peuple tibétain.
La célébration du jour de l’an au Potala est connue sous le nom de Lama Losar qui signifie le nouvel an des Lama, car l’essentiel des activités de la journée est consacrée aux affaires religieuses. C’est ce jour-là que les grands dignitaires des différentes traditions monastiques viennent présenter leurs voeux à Sa Sainteté.
Sa Sainteté et les officiels se réveillent vers deux heures du matin au son de la musique de la Cour dite Musique des Réveils (Shengda) du Losar.
Sur les toits du Potala se tient, en présence de Sa Sainteté, une importante cérémonie de rituel de prière dédiée à la déesse Palden Lhamo. Cette cérémonie conduite par les moines du monastère de Namgyal consiste à remercier la déesse Palden Lhamo d’avoir protégé le pays et l’État tibétains dans le passé et à l’invoquer afin qu’elle renouvelle sa protection pour l’année qui commence. Rappelons que la cérémonie se perpétue toujours en exil à Dharamsala en Inde du nord où réside Sa Sainteté et siège le gouvernement tibétain.
Pendant la journée, la cérémonie la plus importante a lieu dans la grande salle appelée Sishi Phuntsok (Assemblée du bien spirituel et matériel) en présence de tout le corps du gouvernement tibétain. Les dignitaires des grands monastères viennent présenter leurs voeux à Sa Sainteté en présentant les trois supports de mandala : le corps, la parole et l’esprit symbolisés par une statue, un texte et un stupa. Le gouvernement tibétain leur offre du thé salé baratté au beurre et du Drésil (une préparation à base de potentille avec du riz et du raisin secs), du Tchémar et des repas.
Le deuxième jour est consacré aux affaires temporelles. Le déroulement des cérémonies est le même, mais les invités principaux sont des dignitaires laïcs. C’est pourquoi le deuxième jour est appelé Gyalpo Losar (nouvel an du Roi). Par ailleurs, il souligne que Sa Sainteté détient non seulement le pouvoir spirituel, mais aussi le pouvoir temporel. Ce jour là, les dignitaires du gouvernement tibétain en commençant par le Kashag (Cabinet des ministres) et les représentants du corps diplomatique des pays étrangers en poste à Lhassa viennent présenter leurs voeux à Sa Sainteté.
Le troisième jour est essentiellement consacré aux prières de suppliques aux dieux gardiens du Tibet, en particulier, à la déesse Palden Lhamo.
Selon la tradition, ces prières de suppliques sont exécutées par la communauté du monastère de Namgyal en présence de deux tuteurs de Sa Sainteté. A l’issue de cette cérémonie, une divination concernant l’avenir du Tibet en général et de la nation tibétaine en particulier a lieu devant la statue de la déesse Palden Lhamo, qui se trouve dans l’appartement privé du Dalaï Lama. Le même jour, une délégation gouvernementale se rend au monastère de Nechung, siège de l’Oracle d’État du même nom, afin de le prier et demander des prédictions pour l’avenir du pays pour la nouvelle année.
Un grand mât de drapeaux de prières appelé Gaden Darchen qui se trouve dans le Barkor est dressé avec des drapeaux de prières tout neufs. Celui-ci a un lien symbolique tout particulier avec l’institution politique et divine des Dalaï Lamas.




Festivités populaires

A l’aube du jour de l’an, toute la population de Lhassa est réveillée par des conteurs, appelés Drékar, porteurs de bon augure. L’homme porte un masque blanc en feutre avec une barbe blanche et un bâton à la main. Il chante en disant "Je viens de l’est, du paradis de Dorjé Sempa"... et en même temps, il danse. Il est considéré auspicieux de l’avoir à la porte le matin même du jour de l’an et la tradition veut que la famille lui offre des gâteaux et un bon repas.
Peut-on le comparer avec le Père Noël ?
Tôt le matin, tous les membres de la famille portent des habits neufs et se réunissent dans la pièce principale de la maison. La maîtresse de maison présente alors ses voeux à chaque membre de la famille en offrant le Tchémar et le Changphu tout en prononçant les voeux de "Tashi Délég Phunsourn Tsog", ce qui veut dire bonheur, santé et que toutes les bonnes choses soient réunies pour la nouvelle année. On sert du Changkhoel, (Chang chaud mélangé avec de la Tsampa et du fromage), du thé au beurre, des Khabsé (beignets tibétains) et du Drésil.
Devant l’autel de chaque foyer tibétain sont dressés des éléments d’offrandes : un monticule de Khabsé (Derga), de fruits et de jeunes pousses d’orge, dans un pot, symbolisant une bonne récolte et la fertilité (Lophu) ; une tête de mouton en Tsampa ou en beurre symbolisant la chance et la fortune ; le Tchémar, mélange de Tsampa et de beurre présenté dans un récipient en bois sculpté et peint symbolisant une bonne récolte de produits céréaliers et pastoraux ; Changphu, premier cru de bière d’orge et de l’eau dans un récipient symbolise la lignée ininterrompue de la famille comme une source qui coule sans interruption. Briques de thé, morceaux de sel et autres produits céréaliers et pastoraux sont aussi présents.
La matinée est consacrée aux prières et l’après midi aux réjouissances : jouer aux dés tibétains (sho), écouter et chanter l’Épopée de Gésar de Ling, chanter, danser, jouer de la musique et boire du Chang, etc.
A partir du deuxième jour, on va chez les uns et les autres pour échanger les voeux en présentant le Tchémar et le Changphu et en offrant les Khabsé.
Le matin du troisième jour est consacré à l’implantation des drapeaux de prières (Loungta) sur le toit de la maison et à la cérémonie de la fumigation en brûlant le genévrier. Ce rituel de fumigation et les prières sont adressés aux dieux protecteurs du foyer (Khyim lha), dieux du sol (Shi dag), dieux du pays (Yul Lha) et dieux du lieu de la naissance (Kyé Lha).
De la même façon le rituel de fumigation a lieu sur la montagne, au bord de la rivière et au bord du lac pour supplier les dieux de ces lieux.






Mönlam Chenmo

Les festivités du Nouvel an ne s’arrêtent pas là. Car la fête de la Grande Prière (Mönlam Chenmo) à Lhassa instauré par le Maître Tsongkhapa en 1409, a lieu pendant le premier mois de la nouvelle année tibétaine.
Cette fête religieuse commémore la victoire du Bouddha historique sur les six hérétiques à Sravasti en Inde. D’après les textes religieux, le Bouddha a dû s’appuyer sur des exploits miraculeux pour démontrer la véracité de son Enseignement aux six maîtres des écoles non-bouddhiques de l’Inde. A cette occasion, le Maître Tsongkhapa a offert une couronne de joyaux en formant les voeux de bonheur pour tous les êtres, à la statue du Bouddha Shakya Mouni, qui se trouve dans le Jokhang, le temple principal de Lhassa.
La fête de la Grande Prière commence le troisième jour du Nouvel an et dure trois semaines. Elle rassemble plus de vingt mille moines essentiellement de trois grandes universités monastiques : Ganden, Séra et Drépoung, et d’autres monastères proches de Lhassa. Pendant cette fête, la loi monastique est appliquée dans l’ensemble de la ville de Lhassa. L’application de cette loi est confiée aux autorités monastiques de Drépoung selon un code de la loi monastique nommée Chayig, établi par le 5ème Dalaï Lama Ngawang Lobsang Gyatso en 1662.
L’une des caractéristiques du Mönlam Chenmo est l’organisation des grands débats philosophiques. Seize Guéshé, docteurs en philosophie bouddhique - les plus érudits, passent leurs examens pendant cette fête, devant des milliers de moines. Les sujets d’examen portent sur les cinq connaissances philosophiques bouddhiques : la logique (tsé ma), la perfection de la sagesse (phar chin), la voie du milieu (ou ma), la métaphysique (ngon pa) et la discipline monastique (dul va).
Les examens se déroulent sous forme de débats utilisant la technique du syllogisme codifié, difficile à comprendre pour les non-initiés. Ceux qui réussissent l’examen obtiennent le titre de Guéshé Lharampa, titre correspondant au Doctorat de philosophie bouddhique.
Le quinzième jour marque le véritable Jour de la Grande Prière commémorant la victoire du Bouddha historique sur les hérétiques et cela donne lieu à une grande cérémonie d’offrandes avec des Tormas gigantesques sculptées en beurre coloré et exposées dans le Barkor, le chemin circulaire autour du Jokhang. Le Dalaï Lama et les membres de son gouvernement assistent à la cérémonie. La population de Lhassa et les pèlerins se bousculent pour admirer les Tormas et recevoir leur bénédiction. Cela donne lieu à des spectacles de chants et de danses considérés comme offrandes.
Le vingt-quatrième jour marque la cérémonie de purification et d’exorcisme dirigé par le monastère de Namgyal et le collège tantrique de Drépoung. Cette cérémonie est appelée Moenlam Torgyag. Des Torma géantes sont brûlées à Loubouk dans le quartier sud de Lhassa en guise d’exorcisme. Nechung, l’oracle d’État et sa suite, ainsi que tout un corps d’armée tibétaine vêtu d’un costume militaire ancien et portant des armes anciennes, participent à la cérémonie.
Le vingt-cinquième jour marque la fin de la fête de Grande Prière. On sort du Jokhang la statue de Maitreya, le Bouddha du futur, et la transporte en procession dans le Barkor, le chemin circulaire autour du Jokhang pour donner la bénédiction à la population. La symbolique de cette procession est de faire venir rapidement l’ère ou le Kalpa de Maitreya, le prochain Bouddha historique.
Car, selon la cosmologie bouddhique, une période de régénérescence extrême suivra le Kalpa actuel du Bouddha Shakya Mouni, durant laquelle l’espérance de vie humaine ne dépassera que dix ans au maximum. Afin de remplacer cette ère négative par celle du Maitreya, de nombreux événements auspicieux sont organisés. Par exemple, une course entre cavaliers vers la statue de Maitreya symbolise la rencontre du monde humain et de celui des animaux avec le prochain Bouddha.






vendredi 10 janvier 2014

Lhossar 2014: Nouvel an Tibétain au Mont Blanc !

Lhossar : Nouvel an Tibétain


Trois jours de festivités, films, expositions, ateliers, conférences-débats et concerts, sans oublier la possibilité de se restaurer sur place midi et soir en dégustant de délicieuses spécialités tibétaines...

Entrez dans l'année du cheval... en fêtant le Nouvel An tibétain et en défandant la cause tibétaine !


Lieu de la manifestation : Espace Olca, Rue du Mont Blanc Les Houches
Tarifs : Participation libre
Renseignements : Lions des neiges Mont Blanc
Tel : 04 50 54 55 20
Email : lionsdesneiges_montblanc@voila.fr
Web : http://lionsdesneigesmontblanc.over-blog.com/

jeudi 9 janvier 2014

Le nouvel an tibétain: le 17 mars 2014

Le nouvel an tibétain donne lieu à une fête familiale qui est la plus importante du calendrier tibétain. Les cérémonies rituelles évoquent l'abandon de ce qui est ancien et/ou mauvais, le renouveau et la quête du sens de la vie. Les moines invoquent Bouddha et se livrent à des danses rituelles.
Le mieux est d’être à Lhassa : pendant une semaine se succèdent courses hippiques, théâtres et carnavals. Les familles apportent offrandes et encens sur les collines des environs.
En 2014, nous entrons dans l'an 2141, année du cheval.
Quand : le 17 mars 2014
Site internet : Tibetdiscovery.com 
Fiche destination : Tibet

Tibetan Festivals

Want to know more about Tibetan culture? Then, take a glance at the time-honored Tibetan festivals. Tibetan festivals are the foundation of Tibetan folk culture, a witness of the splendid history of Tibet and the creativity of Tibetan people.
Tibetans celebrate festivals almost every month, and there might be several in a single month. Joining one would definitely make your Tibet travel sparkle! Below we list the major traditional Tibetan festivals to help you better plan your Tibet tour.
Most Popula Tibet Tour Packages

Tibetan New Year (Losar)

  • Losar Date: 1st - 3rd of the first lunar month (Tibetan Calendar)
  • Losar Festival Date 2013 (Tibetan New Year 2013 Date): Feb 11, 2013 on solar calendar
  • The most important festival in Tibet.
  • Immediately following the Ghost Exorcising Festival (Dec 29 on Tibetan Calendar).
  • Celebrated for 2 weeks, according to traditions.
  • Celebrating styles vary in different areas, with Lhasa the most representative.
Read more about Tibetan New Year Festival
  • Tibetan Opera Performance in Lhasa
    Tibetan opera performance at Dragon King Lake Park of Lhasa during Tibetan New Year

Butter Lamp Festival (Losar Lantern Festival)

  • Date: January 15 (Tibetan Calendar)
  • Mark the close of the Tibetan New Year festivities.
  • Tibetans go to temples to burn incense and worship Buddhas in the day and migrate to a lantern show in the evening.
  • Tibetans use ghee to make works of art known as "butter flowers" which take the shape of Buddha figures, landscapes, pavilions, birds, beasts, flowers, trees, etc.
Read more about Butter Lamp Festival
  • Butter Figure of Tsongkhapa
    Butter figures of Tsongkhapa and his disciples made by Jokhang Temple

Saga Dawa Festival

  • Date: April 15 (Tibetan Calendar)
  • An influential religious festival in Tibet.
  • April 15 on Tibetan Calendar is believed to be the time when Sakyamuni was born, stepped into Buddhahood, and attained nirvana.
  • The festivities, starting from April 1, will last for 1 month.
  • The biggest ritual is to worship Buddha and circumambulate in the inner, middle and outer parts of Lhasa.
  • Sutra chanting, prayer turning, Cham dancing and other religious activities dominate the festival.
  • Many people refrain from killing animals and give out alms to everyone who asks for it.
Read more about Saga Dawa Festival
  • Saga Dawa Festival
    Tibetans worship temples duiring Saga Dawa Festival

Shoton Festival (Yoghurt Festival)

  • Date: June 30 (Tibetan Calendar)
  • The liveliest festival of summer.
  • Traditionally begin with exhibitions of Thangkas of Buddha.
  • As Tibetan operas are performed and giant Thangkas of Buddha are exhibited, it is also called "Tibetan Opera Festival" or "Buddha Exhibition Festival".
  • Gala parties, yak racing and horsemanship displays are held during this period.
Read more about Shoton Festival
  • Buddha Exhibition
    Buddha Exhibition during Shoton Festival

Bathing Festival

  • Date: July 6-12
  • Last for 1 week.
  • It is believed when the sacred Venus appears in the sky, the water in the river can cure diseases. So Tibetans go to bathe in rivers to wash away potential diseases and wards off misfortune.
Read more about Bathing Festival
  • Bathing Festival
    Tibetans bathe in rivers during Bathing Festival to have a good health

Ongkor Festival (Harvest Festival)

  • Date: in August (Tibetan Calendar)
  • A traditional harvest festival held in farming areas when crops ripen.
  • The main ritual is to walk around the crop fields.
  • Activities such as singing, dancing, horseracing, and archery are held.
Read more about Ongkor Festival
  • Circumambulation of Crop Fields
    Tibetans circumambulation crop fields during Ongkor Festival

Horse Racing Fair and Archery Festival

  • Date: between June and July (Tibetan Calendar)
  • The most well-known events are Nakchu Horse Racing Festival and Gyantse Horse Racing Festival.
  • Dressing themselves and their finest horses, hundreds of herdsmen take part in thrilling horse racing, archery and horsemanship contests.
  • Generally lasting several days, with the longest ones over 10 days.
  • Folk dance, art performance, barter trade and other activities add more to the festive mood.
Read more about Horse Racing Fair and Archery Festival


About Tibet: its people, religion, culture & landscape

Tibet, known as ‘the Roof of the World’, is a jewel in the Himalayas and a place filled with hope and secrets. Its wild and overwhelming landscape will cause you to be weak in the knees. The big smile of Tibetan people will warm your heart, while their strong spiritual faith will touch your soul; the splendid and mysterious Tibetan culture will astound you. Come to Tibet to explore its charm in person!

Because it’s unique! It is a Shangri-La and picturesque wonderland on earth, the last spiritual place to save the world! Come to know what others think about Tibet and why they have traveled here.
In Tibet, the religion supports the spiritual world of Tibetan people. Find the truth and facts of the Tibet religion, and its great influence on daily life among Tibetan people.
They say Tibetan people are the most smile-loving people in the world. Why they are so happy and why do they smile so much? What’s the secret of their strong spiritual relief? You can find the answer here.
Tibetan culture is colorful and rich and heavily influenced by the religion of Tibet. It has long been a dazzling pearl in the treasure house of the world, inviting tourists to unveil its mysteries.
Tibetans celebrate festivals almost every month, and there might be several to celebrate in a single month. Click to learn about these colorful and exotic festivals, and experience the interesting local life.
The landscape in Tibet cannot be seen anywhere else in the world. It’s a paradise of paradoxes where magnificent mountains, turquoise lakes, and vast grasslands co-exist with desolate desert and clay forest.
The land of Tibet is full of mysteries beckoning everyone to explore. What are the top mysteries of Tibet? We have a start for you.

Namasté

Je vous invite à suivre

"Voyages et Abstraits"

l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

Merci à vous chers lecteurs.

Contact: chc.fineart@gmail.com