mercredi 26 février 2014

United Nations For a Free Tibet (India),

“In daily life we experience suffering more often than pleasure. If we are patient, in the sense of taking suffering voluntarily upon ourselves, even if we are not capable of doing this physically, then we will not lose our capacity for judgement. We should remember that if a situation cannot be changed, there is no point in worrying about it. If it can be changed, then there is no need to worry about it either, we should simply go about changing it.”
«Dans la vie quotidienne, nous éprouvons la souffrance le plus souvent presque comme plaisir. Si nous sommes patients, dans le sens de prendre la souffrance volontairement sur ​​nous-mêmes, même si nous ne sommes pas capables de le faire physiquement, alors nous n'allons pas perdre notre capacité de jugement. Nous devons nous rappeler que si une situation ne peut pas être changé, il est inutile de s'inquiéter à ce sujet. Si elle peut être changée, alors il n'y a pas besoin de s'inquiéter à ce sujet non plus, nous devrions tout simplement aller à le changer. "
― His Holiness the Dalai Lama
The Dalai Lama's Little Book of Inner Peace: The Essential Life and Teachings

mardi 25 février 2014

Dalai Lama said

"If each of us can learn to relate to each other more out of compassion, with a sense of connection to each other and a deep recognition of one common humanity, and more important, to teach this to our children, I believe that this can go a long way in reducing many of the conflicts and problems that we see today."

«Si chacun de nous peut apprendre à se relier les uns aux autres avec plus de compassion, avec un sens de connexion à l'autre et une profonde reconnaissance d'une humanité commune, et plus important encore, à enseigner à nos enfants, je crois que cela peut aller un long chemin dans la réduction de la plupart des conflits et des problèmes que nous voyons aujourd'hui ".





lundi 24 février 2014

le Sourire et la Pensée de la semaine de Matthieu Ricard.

Sourire de la semaine

43
Petite fille de l'école pour enfants nomades près du monastère de Shéchèn (Tibet oriental, 2004)

Pensée de la semaine

Quand on enseigne qu’il faut réduire sa fascination pour les choses de cette vie, cela ne veut pas dire que l’on doit renoncer totalement à ces dernières, mais qu’il faut se garder de la tendance naturelle à passer de l'exaltation à la dépression au gré des hauts et des bas de l’existence, de sauter de joie dès que l’on réalise un gain, ou d’être prêt à se jeter par la fenêtre si l’on n’obtient pas ce que l’on veut à tout prix. 
Être moins préoccupé par les affaires de cette vie signifie garder un esprit vaste et stable face aux aléas de l’existence.
Enseignements oraux donnés à Schvenedingen en Allemagne, 1998. Traduction de l'auteur.
FOURTEENTH DALAI LAMA, TENZIN GYATSO (b. 1936)

Retrouvez Matthieu Ricard sur http://matthieuricard.org/

Institut Français de Birmanie

"A Plea for Altruism" Exhibition Opening @Mojo//Yangon Photo Festival
Matthieu Ricard, A Buddhist monk for over 40 years, experiences the virtues of altruism in his everyday life. Both an author
and a photographer, he will lead us on the way to benevolence through a series of photographs of smiling people in the Hilmalayas.

STAY TUNED!
www.yangonphoto.com
Yangon Photo Festivalhttp://www.yangonphoto.com/

samedi 22 février 2014

His Holiness the Dalai Lama meets with U.S. President Barack Obama yesterday in the Map Room of the White House in Washington DC. (Official White House Photo/Pete Souza)


A young exile Tibetan girl ...

A young exile Tibetan girl is seen during a candle light vigil in solidarity with Phagmo Samdrup, a 27-year-old Tibetan who set himself on fire in Tsekhog in north eastern Tibet in protest against the Chinese rule in Tibet, on Wednesday, in McLeod Ganj, India, on 7 February 2014.

vendredi 21 février 2014

Help Tibet : Realizing Youth

Being deeply loved by someone gives you strength, while loving someone deeply gives you courage.
- Loa Tzu 
Aider le Tibet: Réaliser la jeunesse 
Être profondément aimé par quelqu'un vous donne de la force, tout en aimant quelqu'un vous donne profondément le courage. 

- Loa Tzu

jeudi 20 février 2014

2012_11_11 His Holiness gave a public talk in Okinawa



His Holiness gave a public talk on 'The strength to overcome difficulties' at the Kenritsu Budo hall. The talk was organised by Dr Nagamunei and group. More than 5,000 people came to attend the talk.

Addressing the public, His Holiness said "a calm mind is very important for a peaceful and happy life. Physical and material comfort doesn't necessarily guarantee 100% happiness".

His Holiness also said that neuro scientists in America has found out through an experiment that after practicing compassion, stress and blood pressures of people are reduced. So, a healthy mind is very crucial for a healthy body.

Speaking about the war-torn historical background of Okinava island, His Holiness said, "Past is only a memory, an experience. We cannot change it. But the future depends on the present. And using the experience of the past, we have to build a peaceful and happier world".

At the same time, His Holiness mentioned that the method to achieve happiness should be realistic.

"We have to look from various angles. One dimensional outlook is not enough. The method to attain peace should be realistic and holistic," His Holiness said.

"Fear, anger, jealousy, hatred, distrust; these negative emotion comes from the basis of self-centric arrogance. We have to train our mind to develop more compassion. Once we develop a sense of well-being for others, we develop a calm mind," His Holiness added.

His Holiness also stressed the need for secular moral ethics through a modern secular education.

"Secularism means respect to all religious traditions including non-believers. Secular ethics promotes common interests on the basis of mutual respect and mutual harmony", His Holiness said.

“Peace, in the sense of the absence of war...


“Peace, in the sense of the absence of war, is of little value to someone who is dying of hunger or cold. It will not remove the pain of torture inflicted on a prisoner of conscience. It does not comfort those who have lost their loved ones in floods caused by senseless deforestation in a neighboring country. Peace can only last where human rights are respected, where the people are fed, and where individuals and nations are free.” – 

«La paix, dans le sens de l'absence de guerre, est de peu de valeur à quelqu'un qui est en train de mourir de faim ou de froid. Il ne fera pas disparaître la douleur de la torture infligée à un prisonnier d'opinion. Il ne réconforte pas ceux qui ont perdu leurs êtres chers dans les inondations causées par la déforestation absurde dans un pays voisin. La paix ne peut durer où les droits humains sont respectés, où les gens sont nourris, et où les individus et les nations sont libres ". -

mercredi 19 février 2014

Dalai Lama Receives Living Peace Award (+playlist)




Mise en ligne le 24 août 2010
http://www.shambhalamountain.org/livi...
http://www.shambhala.org/community/vi...

In September 2006 His Holiness the Dalai Lama visited the Great Stupa of Dharmakaya at Shambhala Mountain Center to bless it and receive the first Living Peace Award, presented by Sakyong Mipham Rinpoche.
Living Peace DVD. This DVD is a full record of that historic occasion.
http://www.shambhalamedia.org/Product...lire la suite ...

Guéshé Thupten Jinpa est un homme qui termine....

(photo: Stephen Brashear/Getty Images)



Esoteric teachings on reincarnation and consciousness; simple teachings on compassion and ethics. Geshe Thupten Jinpa is a man who finishes the Dalai Lama’s English sentences. Meet this philosopher and former monk, now a husband and father of two daughters, and hear what happens when the ancient tradition embodied in the Dalai Lama meets science and life. - See more at: http://www.onbeing.org/program/translating-dalai-lama/235#sthash.7HWDCDa4.dpuf

Les enseignements ésotériques sur la réincarnation et de la conscience; enseignements simples sur la compassion et de l'éthique. Guéshé Thupten Jinpa est un homme qui termine les phrases en anglais du dalaï-lama. Répondre à ce philosophe et ancien moine, maintenant un mari et père de deux filles, et d'entendre ce qui se passe quand l'ancienne tradition incarnée dans le dalaï-lama rencontre la science et de la vie. - Voyez plus à: http://www.onbeing.org/program/translating-dalai-lama/235 # sthash.7HWDCDa4.dpuf


mardi 18 février 2014

le Sourire et la Pensée de la semaine de Matthieu Ricard.

Sourire de la semaine

42
Petite fille venue faire le pèlerinage de Tongkor près de Gartzé avec sa famille (Tibet oriental, 2005)http://www.matthieuricard.org/

Pensée de la semaine

De même que les papillons de nuit sont attirés par la flamme de la bougie dans laquelle ils vont mourir, l’homme est attiré par la mélodie de l’éloge, l’arôme du tabac, le goût de la viande, la douceur du contact féminin ou la caresse de la soie, mais, , induit en erreur par cet attachement, il ôte la vie à sa propre voie de liberté. C’est ainsi que le cerf, attiré par la musique du luth à trois cordes, tombe sous les flèches empoisonnées ; que l’abeille, séduite par le parfum de la fleur carnivore, en devient prisonnière ; que le poisson, attiré par le goût de l’appât, se fait prendre à l’hameçon ; et que l’éléphant, attiré par le contact de sa femelle, se noie dans la vase. C’est ainsi que nous sommes leurrés par chaque objet de désir et que nous devenons dépendant de lui.
Le Trésor de précieuses qualités (yon tan rin po che'i mdzod), de Jigmé Lingpa, commenté par Kangyour Rinpoché, Longchen Yéshé Dorjé, Editions Padmakara, 2010, p. 51
JIGME LINGPA (1729-1798), Commentary by Kangyur Rinpoche

dimanche 16 février 2014

Lack of contentment sows the seed of envy and aggressive competitiveness and leads to a culture of excessive materialism.
Le manque de contentement sème les graines d'envie et de la compétitivité agressive et conduit à 

une culture du matérialisme excessif.



vendredi 14 février 2014

Be mindful this week to :

Be mindful this week to :

Focus, not on the rudeness of others, not on what they've done or left undone, but on what you have and have not done yourself.

Mise au point, pas sur la grossièreté des autres, non pas sur ce qu'ils ont fait ou laissé de côté, mais sur ce que vous avez et n'avez pas fait vous-même.

Buddha

mardi 11 février 2014

« Et n’oublie pas d’être heureux »

Avec Et n’oublie pas d’être heureux , notre ami Christophe André nous offre, une fois de plu






















Avec Et n’oublie pas d’être heureux , notre ami Christophe André nous offre, une fois de plus, un trésor d’inspiration et de sagesse bien ancrée dans l’expérience vécue, la vie quotidienne et la bonne science. Christophe se garde de nous promettre la lune — le Dalaï-lama disait une fois que l’un des problèmes de nos contemporains est qu’ils voudraient que le fruit du chemin de transformation intérieure soit « facile, rapide et bon marché, » — mais il pointe un doigt avisé vers la lune de la plénitude à laquelle nombre d’entre nous aspire.
Jusqu’aux années 1980, peu de chercheurs s’étaient penchés sur les moyens permettant de développer les traits positifs de notre tempérament. Si l’on consulte le répertoire des livres et articles consacrés à la psychologie depuis 1887 (Psychological Abstracts), on y relève 136 728 titres mentionnant la colère, l’anxiété ou la dépression contre seulement 9 510 titres mentionnant la joie, la satisfaction ou le bonheur. Il est certes plus que désirable de traiter les troubles psychologiques qui handicapent, voire paralysent la vie des gens, mais comme le montre Christophe tout au long de son ouvrage, le bonheur ne se résume pas à l’absence de malheur : « La psychologie classique ne vise qu’à « réparer » ce qui est abîmé dans l’esprit et l’âme des patients. Mais il faut aussi les aider à développer ce qui les rendra plus heureux. » Et ce, pas seulement pour leur « bon plaisir », mais parce qu’on sait maintenant que le bonheur est un excellent outil de prévention de l’apparition des pathologies mentales ou de leurs rechutes.
Le bonheur n’est pas seulement, « le silence du malheur » comme l’écrivait Jules Renard. Dès 1969, le psychologue Norman Bradburn avait montré que les affects plaisants et déplaisants ne représentent pas seulement des contraires, mais procèdent de mécanismes différents et doivent donc être étudiés séparément. Se contenter d’éliminer la tristesse et l’anxiété n’assure pas automatiquement la joie et le bonheur. La suppression d’une douleur ne conduit pas nécessairement au plaisir. Il est donc nécessaire non seulement de se libérer des émotions négatives mais aussi de développer les émotions positives.
Cette position rejoint celle du bouddhisme qui affirme, par exemple, que s’abstenir de faire du tort aux autres (l’élimination de la malveillance) ne suffit pas, et que cette abstention doit être renforcée par un effort déterminé à faire leur bien (l’épanouissement de l’altruisme et sa mise en œuvre). Selon Barbara Fredrickson, de l’université de Michigan, l’une des fondatrices de la psychologie positive, « les émotions positives ouvrent l’esprit et élargissent la palette des pensées et des actions : la joie, l’intérêt, le contentement, l’amour […]. Les pensées positives engendrent des comportements flexibles, accueillants, créateurs et réceptifs ».
La psychologie positive, représentée par une nouvelle génération de chercheurs, a donc pour but d’étudier et de renforcer les émotions positives qui nous permettent de devenir de meilleurs êtres humains tout en acquérant une plus grande joie de vivre.
Christophe souligne qu’il ne faudrait pas minimiser l’importance de la psychologie positive en supposant qu’elle « ne consiste pas à délivrer de vagues bons conseils « prenez la vie du bon côté ! » ou encourager à « positiver ». La psychologie positive est l’étude de ce qui marche bien dans l’esprit humain et nous encourage à rechercher une manière d’être « optimale. »
Selon nombre de recherches scientifiques, le développement d’émotions positives présente un avantage évolutif indiscutable dans la mesure où il nous aide à élargir notre univers intellectuel et affectif, à nous ouvrir à de nouvelles idées et de nouvelles expériences. À l’opposé de la dépression, qui provoque souvent une plongée en vrille, les émotions positives engendrent une spirale ascendante : elles construisent la force d’âme et influencent la façon de gérer l’adversité ».
Pour cela, il ne suffit pas de se contenter de quelques moments magiques, bienvenus dans l’existence au côté de moments plus sombres, il faut persévérer dans la compréhension des conditions intérieures du bien-être et dans la pratique, au fil des heures et des jours, d’une meilleure intelligence quant à la façon de gérer nos pensées et nos émotions. Comme l’ajoute Christophe, « C’est une conviction, une science et une pratique. » Une conviction, parce qu’on en aura reconnu le bien-fondé ; une science, parce qu’il ne suffira pas de faire n’importe quoi ; une pratique, parce que rien ne vient en quelques instants simplement parce qu’on le souhaite. Sinon, on risque de tomber dans le travers de cet apprenti musicien, imaginé par Christophe, qui renonce à l’apprentissage avant de l’avoir entrepris : « J’ai pris le violon, j’ai frotté l’archet sur les cordes, et non seulement rien n’est sorti de beau, mais en plus ça faisait un son horrible. C’est nul le violon ! »
La psychologie positive ne nous garantit nullement une vie à l’eau de rose, sans souffrances, mais peut certainement nous aider à actualiser le meilleur de nous-mêmes.
3057593733_bff0fed286
André, C. (2014). Et n’oublie pas d’être heureux . Odile Jacob.

Retrouvez Matthieu Ricard sur http://matthieuricard.org/


À lire également : Lecomte, J. (2009). Introduction à la psychologie positive . Dunod.
Sortie du DVD "Matthieu Ricard : sur le chemin de la compassion", réalisé par Jeanne Mascolo de Filippis aux Editions Montparnasse.
http://www.editionsmontparnasse.fr/p1587/Matthieu-Ricard-sur-le-chemin-de-la-compassion-DVD?utm_source=site

Prochains évènements





  • Festival photo de Rangoon
    28 février 2014
    Rangoon, Birmanie
  • Conférence de Matthieu Ricard aux Rencontres de Dijon
    19 avril 2014
    Dijon
  • lundi 10 février 2014

    le Sourire et la Pensée de la semaine de Matthieu Ricard.

    Sourire de la semaine

    41
    Homme de l'Amdo faisant le geste traditionnel de bienvenue (nord-est du Tibet, 2010)http://www.matthieuricard.org/

    Pensée de la semaine

    […] si l’on voulait résumer l’enseignement du Bouddha en un seul mot, on dirait que c’est l’interdépendance universelle, dont la non-violence n’est qu’une conséquence naturelle : puisque nous sommes tous dépendants les uns des autres et que tous les êtres désirent comme nous-même être heureux et ne pas souffrir, mes bonheurs et mes malheurs personnels sont indissociablement liés à ceux des autres. Cette non-violence n'est pas assimilable à une faiblesse ou une passivité. C’est le choix délibéré de l’altruisme dans toutes nos pensées et tous nos actes, de sorte qu’il devient inconcevable de nuire sciemment à autrui.
    XIVe Dalaï-lama, enseignements donnés à Amaravati, Inde, 2005.
    FOURTEENTH DALAI LAMA, TENZIN GYATSO (b. 1936)

    dimanche 9 février 2014

    A single kind act can have a positive impact on the future of many others


    A single kind act can have a positive impact on the future of many others you share the earth with.
    You can change the course of the future in any moment.
    Do so consciously, and the whole world will benefit.
    Un seul acte peut avoir un impact positif sur l'avenir de beaucoup d'autres avec qui vous partagez avec la terre. 
    Vous pouvez changer le cours de l'avenir à tout moment. 
    Le Faire consciemment, et tout le monde en profitera. 

    ~ 17th Karmapa, Ogyen Trinley Dorje

    Dalai Lama said,

    Once our mind is more calm and joyful, 
    then our activities can be more effective.
    Une fois que notre esprit est plus calme et joyeux, nos activités peuvent être plus efficaces.



    vendredi 7 février 2014

    Karuna Shechen, Matthieu Ricard

    Le Haut-Humla est l’une des régions les plus isolées et moins développées du Népal. Le taux d’alphabétisation y atteint tout juste 21,3% et les écoles y sont rares. De nombreux enfants n’ont donc pas accès à une éducation de base. Karuna-Shechen a signé un partenariat avec la Himalayan Children's Society (HCS) pour améliorer les conditions d'études et de vie des écoliers du pensionnat du village de Yalbang (école secondaire Maha Buddha) et de sept petites écoles primaires situées dans les montagnes alentour. Fin 2013, nous avons mené une mission afin d'évaluer les progrès et les besoins de ces établissements. Nous sommes heureux de partager avec vous les photos prises pendant ce voyage et de vous donner un aperçu de ce projet, dont nous sommes particulièrement fiers.

     Une journée à Yalbang

    Trois cent cinq élèves vivent et étudient à Yalbang. Une journée typique débute à 6h du matin avec une prière collective, suivie d'un petit déjeuner et de cours de soutien ou d'un temps d'étude personnelle, en fonction des besoins des écoliers. Les enfants vont à l'école de 10h à 16h. Après  la classe, ils peuvent participer à des cours de soutien supplémentaires. L'extinction des feux se fait à 21h. Les élèves bénéficient tous de repas chauds, d'uniformes, de livres, de fournitures scolaires, de cartables. Ils ont également accès aux équipements sportifs et aux instruments de musique de l'école.

     Une éducation de qualité

    Nous sommes fiers  du niveau d'étude atteint à Yalbang et de la qualité de l'enseignement dispensé. En 2013, Pema Choeki et Karma Dickey, deux jeunes écolières (gauche) du pensionnat, ont obtenu d'excellents résultats à leur examen national, ce qui leur a permis de décrocher des bourses pour poursuivre des études en soins infirmiers à Katmandou. Bravo!

     

     Nourrir les esprits

    Pour bien étudier, il est important d'avoir la ventre plein.  Dans le réfectoire, les enfants reçoivent trois repas par jour, composés de plats à base de riz, de Tsampa ou de lentilles, comme le Dal Bath. Les stocks de nourriture, gérés par Sitar, le logisticien du pensionnat (à droite), sont généralement achetés en Chine, à la frontière, ou ailleurs au Népal, selon  les disponibilités. Tout est transporté à  pied ou à cheval, parfois pendant plusieurs jours. Les parents contribuent, eux-aussi, à l'alimentation des élèves en fournissant un tiers de la nourriture consommée. Depuis peu, L'école dispose d'une serre dans laquelle poussent épinards, salades, concombres, tomates et piments verts. Mais, à ce jour, la production ne permet pas encore de nourrir les enfants. 

     

     Amélioration des infrastructures

    Les nouvelles infrastructures sont d'excellente qualité. L'ensemble des travaux a été réalisé par des travailleurs locaux, avec des pierres, de la boue et du bois. De nouvelles chambres (gauche) ont été construites dans le bâtiment des jeunes filles avec de nouveaux  lits superposés. Les tâches journalières des pensionnaires incluent le nettoyage de leur chambre. Des sanitaires pour les jeunes filles (droite) ont également été construits. Enfin, le réservoir pour la collecte de l'eau de pluie a été relié au toit le plus proche et à la rivière. 

     Centre culturel et communautaire 

    Les habitants Yalbang se sont installés dans cette région il y a environ un demi-siècle, après avoir fui le Tibet. Les élèves du pensionnat sont fiers de leur double culture tibétaine et népalaise. L'école joue également le rôle de centre culturel et communautaire. C'est un lieu de rassemblement. De nombreux spectacles y sont organisés, à l'occasion desquels les villageois de Yalbang et des alentours se réunissent. Musiques et danses tibétaines et népalaises sont souvent à l'honneur. 

     

     


     

     

     Écoles primaires isolées

    Karuna-Shechen apporte également son soutien à sept petites écoles primaires isolées, situées à plus de 2500 mètres d'altitude et plusieurs heures de marche de Yalbang. Malgré leur petite taille, elles permettent aux enfants d'avoir accès à une éducation de base sans quitter leur village.  Notre soutien financier est essentiel à la survie de ces établissements. La majorité d'entre eux manque de tout : fournitures scolaires, livres, tableaux etc.  Par ailleurs, plusieurs bâtiments sont en piteux état et ont urgemment besoin de travaux de rénovation. À Lagga, par exemple, des toilettes, un accès à l'eau potable, ainsi qu'un nouveau mur sont nécessaires. 

    mercredi 5 février 2014

    Karuna Shechen, de Matthieu Ricard, / 1

    Chers Amis,
    Dans cette édition de notre Info Lettre, nous vous emmenons en Inde pour vous faire découvrir notre projet de lutte contre la malnutrition grâce au lancement de 1000 jardins potagers. Nous partirons ensuite en direction du Haut-Humla, au Népal, où nous permettons à des centaines d'enfants d'avoir accès à une éducation de qualité. Un projet que nous avons d'ailleurs décidé de répliquer dans le Haut-Dolpo avec la construction, en 2014, d'un pensionnat dans le village de Sheri. Dans ce numéro, vous lirez également le témoignage de l'une de nos partenaires, qui a passé une journée avec notre Clinique Mobile dans le Bihar, et vous ferez le connaissance de la « Karuna-Team ». 
    Bonne lecture!

    Inde: Des jardins potagers pour combattre la malnutrition

    En 2014, Karuna-Shechen entend poursuivre ce projet et le développer avec la construction d'une « ferme modèle », où des semences traditionnelles (paysannes) seront produites pour remplacer les semences hybride actuellement utilisées. L'utilisation de fumier organique et de pesticides biologiques sera également promue auprès des villageois. http://karuna-shechen.com/

    mardi 4 février 2014

    le Sourire et la Pensée de la semaine de Matthieu Ricard.,

    Sourire de la semaine

    40

    Jeune garçon nomade de la région de Dzatchoukha (Tibet, 2004)

    Pensée de la semaine

    Ce que l’on perçoit n’est en soi ni beau ni laid. Laideur et beauté ne sont que des projections mentales. Aucun être ou objet ne possède par lui-même la faculté de nous rendre joyeux ou triste.
     C’est ainsi qu’une même personne peut plaire à certains et déplaire à d’autres. 
    À nouveau, c’est l’esprit, et lui seul, qui en est la cause.
    Dilgo Khyentse Rinpoche, Au Cœur de la compassion, Editions Padmakara, 1995, p. 128-9.
    DILGO KHYENTSE RINPOCHE (1910-1991)

    http://www.matthieuricard.org/

    lundi 3 février 2014

    Thich Nhat Hanh said

    This body is not me.
    I am not limited by this body.
    I am life without boundaries.
    I have never been born,
    and I have never died.

    Look at the ocean and the sky filled with stars,

    manifestations from my wondrous true mind.

    Since before time, I have been free.


    Birth and death are only doors through which we pass,

    sacred thresholds on our journey.
    Birth and death are a game of hide and seek.
    So laugh with me,
    hold my hand,
    let us say good-bye,
    say good-bye, to meet again soon.

    We meet today.

    We will meet again tomorrow.
    We will meet at the source every moment.
    We meet each other in all forms of life.

    Buddhist monk Thich Nhat Hanh Vietnamese Zen, peace activist, philosopher, writer and poet, founder of Plum Village 


    Thich Nhat Hanh moine bouddhiste zen vietnamien, militant pour la paix, philosophe, écrivain et poète, fondateur du Village des Pruniers

    Buddha's Dharma, 25


    "For whomin name & formin every way,

    there’s no sense of mine,

    & who doesn't grieve for what’s not,

    he’s deservedly called a monk."- 
    Dhammapada
    ~Buddha~

    dimanche 2 février 2014

    Dalai Lama news,


    His Holiness the Dalai Lama speaking to students at the Step by Step School in Noida, LCR, India on January 31, 2014. Students attending his talk from Step by Step and other schools in Delhi and Srinagar participated in workshops organized by WISCOMP (Women in Security, Conflict Management and Peace), a South Asian research and training initiative that facilitates the leadership of women in the fields of peace, security and international affairs. (Photo by Jeremy Russell/OHHDL)

    Namasté

    Je vous invite à suivre

    "Voyages et Abstraits"

    l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

    Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

    Merci à vous chers lecteurs.

    Contact: chc.fineart@gmail.com