mardi 30 septembre 2014

A Return to Tibet for the Dalai Lama? Rumors are once again circulating of a possible return for Tibet’s spiritual leader.

http://thediplomat.com/2014/09/a-return-to-tibet-for-the-dalai-lama/
September 29, 2014 There has been quite a bit of movement between the Chinese government and the exiled Dalai Lama in the past two weeks. The maneuvering by both sides has not quite begun to add up to a logical conclusion, as they each seek to find a peaceful conclusion to the decades-old problem without losing ground. The Chinese leadership under President Xi Jinping not only has the upper hand, but through a mixture of massive infrastructure investment, immigration of ethnic Chinese, and a strong security apparatus may now feel secure enough to negotiate a possible return for the 14th Dalai Lama; one that might actually help diffuse Tibet’s heightened tensions since 2008 and make it a more peaceful, secure buffer zone for China. Read more
The exiled spiritual leader of Tibet sent a shot across China’s bow earlier this month when he indicated that he might become the last of his line, telling the German newspaper Welt am Sonntag that “Tibetan Buddhism is not dependent on one individual. We have a very good organisational structure with highly trained monks and scholars.” China then put itself in the awkward situation of having to defend Tibetan Buddhist spirituality,saying through its foreign ministry spokesman that “The title of Dalai Lama is conferred by the central government, which has hundreds of years of history. The 14th Dalai Lama has ulterior motives… which is damaging to the normal order of Tibetan Buddhism.” The ability to decide who will be the next Dalai Lama is incredibly important, as it could mean the continued existence of threat to China’s sovereignty beyond its borders, or possibly the end of the issue if China were able to influence the selection.
Beyond the issue of succession, however, it appears both sides are considering a potentially more stable solution. Shortly before Xi was set to visit India on September 18, the Dalai Lama offered faint praise for the president, saying he “is more open-minded. His thinking is more realistic,” and that “he can learn more from India.” The day before, a blog post on China’s Sina stated that, “according to informed sources familiar with the situation,” the Dalai Lama’s return was a “win-win.” The post outlined the structure of a deal in which the Dalai Lama would be able to come to China and visit Wutai Shan, a mountain he has often expressed interest in and that is sacred to both Chinese and Tibetan Buddhists, and visit with Chinese officials of at least Standing Committee stature. The Sina post also noted that deputy secretary of the Tibet Autonomous Region, Wu Yingjie, earlier said that “Beijing has started negotiations with the Dalai Lama’s personal envoy for the Dalai Lama to return to Tibet,” and “if the Dalai Lama and those close to him accept that Tibet is a part of China and abandon their separatist activities, all of the Tibetans will be able to return to Tibet.” He finished by saying that negotiations were “proceeding smoothly.”
These negotiations are still very much in an early phase, yet they suggest the Chinese government feels increasingly comfortable with its position and hold on power, particularly in Tibet. After Xi successfully brought down former Politburo Standing Committee member Zhou Yongkang this summer, he may feel he has the political bandwidth to negotiate with the Dalai Lama. As an aside, apparently Xi’s father thought well enough of the Dalai Lama, an opinion that was reciprocated. If his ultimate return, or even just a visit, doesn’t eventuate, the illusion of having considered such a thing will give the CPC a helpful public relations bump. Indeed, theSina post goes on to say that the deal would “instantly destroy” the Tibetan government in exile, take away “a pretext to attack China” by the West, while providing “a chance for Secretary Xi to rack up many victories with one move.” Leaking news of a potential visit before it appears likely shows that China is attempting to put itself in the driver’s seat before the Dalai Lama can frame the issue.

EN FRANCAIS...LIRE LA SUITE
Un retour au Tibet pour le Dalaï Lama? Des rumeurs circulent à nouveau d'un retour possible pour le chef spirituel du Tibet. 
http://thediplomat.com/2014/09/a-retour-à-tibet-pour-le-dalai-lama/ 
Par Clint Richards 
29 septembre 2014 Il ya eu un peu de mouvement entre le gouvernement chinois et le dalaï-lama en exil dans les deux dernières semaines. La manœuvre par les deux parties n'a pas tout à fait commencé à ajouter à une conclusion logique, car chacun cherchent à trouver une conclusion pacifique à la vieille de plusieurs décennies de problème sans perdre sol. Les dirigeants chinois sous le président Xi Jinping a non seulement la haute main, mais par un mélange d'investissements massifs dans les infrastructures, l'immigration de Chinois de souche, et un dispositif de sécurité renforcée peut maintenant se sentir suffisamment en sécurité pour négocier un éventuel retour pour le 14e Dalaï Lama; Celui qui pourrait en réalité aider à répandre les rapports tendus intensifiés du Tibet depuis 2008 et les rendrent un plus paisible, sécuriser la zone d'amortisseur pour la Chine.
Le chef spirituel en exil du Tibet a envoyé un coup de feu sur l'étrave de la Chine au début du mois quand il a indiqué qu'il pourrait devenir le dernier de sa lignée, dit le journal allemand Welt am Sonntag que "le bouddhisme tibétain ne dépend pas d'une seule personne. Nous avons une très bonne structure organisationnelle avec les moines et savants hautement qualifiés. "La Chine se met alors dans la situation inconfortable d'avoir à défendre bouddhiste tibétain spiritualité, en disant à travers son porte-parole du ministère des Affaires étrangères que« Le titre de dalaï-lama est conféré par le gouvernement central , qui a des centaines d'années d'histoire.

 Le 14e dalaï-lama a des arrière-pensées ... qui est préjudiciable à l'ordre normal du bouddhisme tibétain. "La capacité de décider qui sera le prochain Dalaï Lama est extrêmement important, car il pourrait signifier l'existence d'une menace à la souveraineté de la Chine au-delà de ses frontières , ou peut-être la fin de la question si la Chine était en mesure d'influencer la sélection. 

Au-delà de la question de la succession, cependant, il semble deux côtés envisagent une solution potentiellement plus stable. Peu de temps avant Xi a été créé pour visiter l'Inde le 18 Septembre, le Dalaï Lama a offert de faibles éloges pour le président, en disant qu'il «est plus ouverte d'esprit. Sa pensée est plus réaliste », et qu '« il peut apprendre plus de l'Inde. "La veille, un article de blog sur Sina de la Chine a déclaré que,« selon des sources bien informées proches du dossier, "le retour du dalaï-lama était une" victoire win ". l'après décrit la structure d'un accord dans lequel le Dalaï Lama sera en mesure de venir en Chine et visiter Wutai Shan, une montagne, il a souvent exprimé son intérêt pour et qui est sacré pour les bouddhistes chinois et tibétains, et visite avec les responsables chinois d'au moins la stature Comité permanent. Le poste Sina a également noté que secrétaire adjoint de la Région autonome du Tibet, Wu Yingjie, a déclaré plus tôt que «Pékin a entamé des négociations avec l'envoyé personnel du Dalaï Lama pour le Dalaï Lama de retourner au Tibet", et "si le Dalaï Lama et ses proches à lui faire accepter que le Tibet est une partie de la Chine et d'abandonner leurs activités séparatistes, tous les Tibétains pourront retourner au Tibet. "Il a terminé en disant que les négociations ont été" et avancent bien. "

Ces négociations sont encore très à un stade précoce, mais ils suggèrent que le gouvernement chinois se sent de plus en plus à l'aise avec sa position et emprise sur le pouvoir, notamment au Tibet. Après Xi a présenté avec succès le bas ancien membre du Comité permanent du Politburo, Zhou Yongkang cet été, il peut se sentir qu'il a la bande passante politique de négocier avec le Dalaï Lama. En aparté, apparemment le père de Xi pense assez bien du dalaï-lama, une opinion qui a été réciproque. Si son ultime retour, ou même juste une visite, ne eventuate pas, l'illusion d'avoir considéré une telle chose va donner le PCC un utile bosse de relations publiques. En effet, après the Sina poursuit en disant que l'accord serait «détruire instantanément" le gouvernement tibétain en exil, à emporter "un prétexte pour attaquer la Chine» par l'Occident, tout en offrant «une chance pour le Secrétaire Xi à accumuler de nombreuses victoires. "Fuite des nouvelles d'une éventuelle visite avant qu'il semble probable que la Chine montre et essaie de se mettre dans le siège du conducteur avant le Dalaï Lama peut formuler la question.

Namasté

Je vous invite à suivre

"Voyages et Abstraits"

l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

Merci à vous chers lecteurs.

Contact: chc.fineart@gmail.com