dimanche 28 septembre 2014

L'actuel Dalaï Lama "ne sera pas le dernier. The current Dalai Lama "will not be the last. de ASIANEWS.IT

L'actuel Dalaï Lama "ne sera pas le dernier. Il envisage une autre façon de choisir sa réincarnation que la méthode traditionnelle de la recherche d'un jeune enfant sur ​​la base de prophéties. Idées de Le Dalaï Lama comprennent l'élection d'un successeur par le vote similaire au processus de sélection des papes de l'Église catholique romaine ou il laisserait une instruction écrite avant qu'il ne décède. "
C'est en fonction de Tenzin Gyatso, le leader XIV du bouddhisme tibétain, dans une interview avec le journal japonais Asahi Shimbun. Le chef spirituel dément - publié par un journal allemand qui ont fait les manchettes mondiales - qu'il serait le dernier du Dalaï Lama. 

Le lauréat du prix Nobel de la paix explique: ".. En 2011, je suis complètement retiré de la responsabilité politique de la Chine dans le passé était plus préoccupé parce que le Dalaï Lama avait une signification politique maintenant n'est plus,» dit-il. "Dès '69, j'ai officiellement dit que si la très (religieux) institution du Dalaï Lama devrait continuer ou non, c'est au peuple tibétain."
The leader of Tibetan Buddhism denies reports on the end of his lineage.
ASIANEWS.IT


The current Dalai Lama "will not be the last. He is considering a different way of choosing his reincarnation than the traditional method of looking for a young child based on prophecies. The Dalai Lama's ideas include electing a successor through voting similar to the selection process of popes of the Roman Catholic Church or he would leave a written instruction before he passes away".
This is according to Tenzin Gyatso, the XIV leader of Tibetan Buddhism, in an interview with the Japanese newspaper Asahi Shimbun. The spiritual leader denies reports - published by a German newspaper which have made global headlines - that he would be the last of the Dalai Lama.
The Nobel Peace Laureate explains: "In 2011, I completely retired from political responsibility. China in the past was more concerned because the Dalai Lama had some political significance. Now no longer," he said. "As early as '69, I formally stated that whether the very (religious) institution of the Dalai Lama should continue or not is up to the Tibetan people."

Namasté

Je vous invite à suivre

"Voyages et Abstraits"

l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

Merci à vous chers lecteurs.

Contact: chc.fineart@gmail.com