jeudi 30 avril 2015

Lisez l'article pertinent de Pierre GUERRINI -MEDIAPART -Le monde entier tressaille 28 avril 2015

LISEZ...READ IT

Om Ah Hum Vajra Guru Padma Siddhi HumOm Ah Hum Vajra Guru Padma Siddhi Hum http://blogs.mediapart.fr/edition/tibet/article/280415/le-monde-entier-tressaille
                                                                    Puisse Guru Rinpoche bénir et protéger tout l'Himalaya
Le monde entier tressaille d’effroi. Le monde entier, d'effroi, tressaille … d’effroi mêlé de tristesse, tristesse fondamentale, d’une infinie tristesse,  gouffre sans fin, d’effroi teinté d’horreur.  Gouffre …
Le Tibet se fout le feu. Se fout le feu parce qu'il est occupé. Le Tibet-occupé se fout le feu. Pantin un instant désarticulé qui s'effondre au terme d'une courte course.
A la face du monde qui n'en a finalement cure. Un instant géné qui détourne la tête. " C'est si loin, et y'a la Chine, et qu'y puis-je ? "  ... " Qui suis-je et qu'y puis-je ? "  ... " Qui suis-je pour y pouvoir quelque chose ? " ...
Constat d'impuissance, néantisation de tout espoir, ne serait-ce que, sans parler du multiple et de leur infinis devenirs, de tout espoir en cet autre en soi, étouffé, noyé, nié par lui.
Chaque jour sous nos latitudes tombent par milliers et en silence au champ d'honneur de la honte d'anonymes poétes qui n'en peuvent, mais ... et qui intégrent le rang. Et s'effacent ...
A votre bon coeur ! ... Siii vous plait ! m'sieur, dame ... Siii vous plait ... !  On a les pauvres qui nous siéent. Selon nos évanescents critères électifs ...  Siii vous plait ... !
Le monde entier tressaille d’effroi. D'effroi. Devant tous les  " Tiens le mur " de toutes les capitales, ou pas, mais Arabes et bientôt Euroépennes, les  " Tiens le mur " de chez nous, les " Siii vous plait ... ! " itinérants qu'on force à l'être et à le rester, itinérants à la marge des marges,  les " Sors du mur " au sobriquet explicite qui s'est, au fil cruel du temps non moins cruel, substitué à leurs patronymes oubliés de tous et peut-être même d'eux-mêmes, et aussi à leurs prénoms que leur donnaient leurs méres.
Le monde entier tressaille d’effroi. De saisissement intime. De sidération au plus profond de l’être. Qui va s’y nicher. Qui l’ignore ? Personne. Tous le savent.  Tous sommes convoqués, tutoyés et rudoyés, salement rudoyés. Pétrifiés.
La nouvelle se propage instantanément. Elle circule de par vallons et vallées, dévale, déboule, perfore et s’alanguit. Avalanche ... Atroce. Rebondit, franchit les océans, d’un bond, et puis revient, bottes de dix mille lieux …
La lumière d’une chandelle vacille quelques courts instants, mots proférés, jetés hurlés à la régalade du monde, et s’éteint. Chaque fois, l’atroce même réitération.
Le monde entier tressaille d’effroi tant tout un chacun, ces myriades,  qui le composons sait à quelle hauteur a été placé le curseur de la protestation et de la résistance à l’effroyable violence génocidaire qui, depuis trois-quarts de siècle, s’abat sur le peuple qui peuple depuis que les  montagnes du toit du monde et tous les hauts et très hauts plateaux, avec leurs dédale de sommets et leur foultitude de grottes et d’à-pic, et toutes les vallées, sont sortis de l’eau de la mer qui longtemps, en son sein dut les couver.
C’est si haut, là bas chez eux, là bas ...
Là bas, c'est selon. La sympathie ou pas que l'on éprouve à l'adresse des populations ou peuplades qui y vivent. " Ah! Vous êtes de là-bas ! ..." " Q'ils y retrounent ! " ... Là-bas !
" Scheisse ! Fuck ! Fuck ! Fuck ! Scheisse ! F .. F.. F.. "  s'époumone à n'en plus pouvoir, en guise de Salutations à la vie, à sa vie ... qu'il craint de voir  balayée, s'époumone plein de terreur un allemand, l'alpiniste Jost Kobusch, pris dans les embruns de l'avalanche qui lui dégringole dessus à toute vitesse tout droit depuis le sommet du monde. Le Toit du Monde. L'Everest courroucé.

Sa Sainteté le 17 em Gyalwang Karmapa, Ogyen Trinley Dorje avec sa peinture de " Mahakala "Sa Sainteté le 17 em Gyalwang Karmapa, Ogyen Trinley Dorje avec sa peinture de " Mahakala "
                                                                         " Mahakala ", protecteur de la lignée Kagyu

" Entre 5 et 10.000 morts au Népal !  Et combien, combien  au Tibet ... Combien de maisons par terre, avalée par elle. L'onde de choc sismique déployée depuis l'épicentre, ne s'est pas arrétée, comme jadis un grand et dense et mortel nuage nucléaire, aux frontiéres. La terre a mangé les maisons, et tout avec, les gens, les meubles et a enseveli toutes leurs croyances. La terre a tout dévoré. Tout d'un coup. Elle a ouvert grand sa geule et, tel un navire en perdition qui s'y est engoufré, elle s'est faite océane et furieuse.

" Entre 5 et 10.000 morts au Népal ! Peu en parlent ... Pourtant ce n'est pas qu' une catastrophe naturelle ! Les techniques actuelles permettraient de construire avec des matériaux et des normes qui limiteraient les effets matériels et humains de telles catastrophes. Mais ces progrès sont inaccessibles à une bonne partie de la planète ... Ne restons pas que spectateurs.  Disons le ... A nos amis là-bas qui informent dès qu' ils ont un peu de réseau ... "  Catherine Raffait
La catastrophe sismique était attendue. Seule la date était inconnue.
Nous avions les moyens de vous protéger.
Là bas, c'est loin, c'est pas chez nous, là bas ... ça a toujurs comme un relent de ... gourbi !  Là bas ... Etrange vocable .. C'est là, ici, mais en bas, en dessous, presque sous-soi, mais à des années de civilisation, et pourtant du geste de la main, du haut de la main accompagné d'une agitation légère et méprisante des doigts qui désignent vaguement l'imprécis lointin qu'ils repoussent encore ... Là bas, chez vous ! Chez eux !
Nous pouvions vous aidez. Mais voilà ... !
Le Camp Struthof NatzweilerLe Camp Struthof Natzweiler
                                                 C'est ki le type derrière avec un air pareil ?  Derrière la petite Tosca qui chante ?  Oui !  Le type derrière avec un air méchant ! Les bras ballants qui lui collent et lui descendent de chaque côté !  C'est la sécurité ?  Oui et non.  C'est le Veilleur de grain. Il veille au grain ! Au grain du passé. C'est la sécurité du passé.  C'est un fantôme ? ...  Oui, c'est ça, une sorte de Zombie. Il fait peur ! Oui. Il fait ... peut faire ... On dirait un malade. C'est un lwa ? ... Peut-être un lwa-achté. Un esprit acheté pour son efficacité, mais qu'il faut servir à l'aide d'offrandes coûteuses sous peine de malédictions nombreuses.
Hotel Vaudou au BéninHotel Vaudou au Bénin

C'est lors de la cérémonie à Struthof,  le camp d’extermination du Struthof Natzweiler, une cérémonie pour les Rroms morts dans les camps, on met une plaque en présence de Raymond Gurême. Une plaque pour les Rroms morts ... Mais ... " Suffit-il de déposer une gerbe et, en parallèle, de continuer à envoyer des  Bulldozers ? ".
Le Tibet-occupé, c'est 70 ans d'une sorte de Struthof à la chinoise. Le Tibet-occupé, c'est, pour citer le Premier Ministre Tibétain, Lobsang Sangay, qui, lors de son discours du 14 Mars à Paris au Trocadéro où se regroupérent tout ce que l'Europe, de celle qui va jusqu'à l'Oural, compte d'exilés Tibétains,  n'eût pas de mots assez durs pour qualifier l'inconduite criminelle absolue du régime de Pékin à l'égard  du Tibet et du peuple Tibétain.
Le Tibet est une zone de guerre " dira-t-il à plusieurs reprises, répétera-t-il encore, comme lors de sa conférence à l'Assemblée Nationale où le groupe Tibet de l'Assemblée le conviait bien amicalement. N'eût pas de mots assez durs pour dire l'épuration ethnique, la destruction géographique, la transformation destructrice à l'oeuvre, le saccage environemental à grande échelle et la dégradation irréversible des cinq grands cours d'eaux, fleuves qui irriguent toute l'Asie et ses milliards d'habitants, le percement de galleries et de tunnels jusque sous les montagnes sans se préocuper un instant qu'elles puissent être sacrées et en faire de vrais taupinières ...
Tibet is a War ZoneTibet is a War Zone

... et ça fait si longtemps qu’ils y sont, les habitants du Toit du monde, du Pays des neiges, que c’est jusqu’à leur a.d.n. qui, au fur et à mesure que montait la montagne qui émergeait des océans et que baissait la température ambiante, alors que perçait d’entre les roches des filets d’eau qui allait donner cinq des plus grands fleuves de la planète et qui allaient donner vie à toute l’Asie,  que c’est jusqu’à leur adn qui a changé, qui s’est modifié, modification du vivant en son sein, au cours du temps si long, que c’est jusqu’à leur adn qui s’est adjoint quelques spécificités introuvables nulle part ailleurs chez aucun peuple de la planète, même pas les Lapons et autres Inuits …
Jusqu’à leur adn, à chacun et chacune, qui s’est modifiée pour résister aux températures antédiluviennes qu’il fait, aux vents qui charrie, comme de la mitraille acérée qui les lacèrent de la glace en son sein et qui meurtrit celui des hommes, des femmes des enfants, et des bêtes, et de tout ce qui est sensible qui y vit, qui s’y essaie, qui s’y habitue, qui fait avec, et s’en sort, et s’en est sorti, grandi,  immensément grandi, et résistant, tellement grandi et résistant qu’ils sont devenus l’exemple du monde, du reste du monde plongé dans la dégradation généralisée et catastrophique,  du reste du monde plongé comme dans un océan de misère humaine qui monte, qui monte … Et partout se veut déverser.
Aucun peuple n’a jamais placé si-haut, il n’y a pas plus haut, placé si-haut le curseur de la protestation et de la résistance.
Ça n’existe pas, ça n’a jamais existé. Cette histoire là, l’histoire du peuple tibétain est sidérante, saisissante et unique.
Et tous les peuples du monde de savoir que si cela, cette résistance qui tutoie l'au delà, leur est donnée à voir, leur est donnée comme en exemple, alors si de tels exemples l'humanité est nécessiteuse, ou risque de l'être, alors le péril est grand et l’urgence bien plus encore à laquelle, tout un chacun qui, par myriades, peuple le monde, doit y parer, tout un chacun doit  faire bien vite de faire au plus vite.
Le monde entier tressaille d’effroi et n’est encore qu’en lointain-deçà du terrible tressaillement  intime et subtile qui menace de le saisir et l’abattre, de le coucher rudement à terre et bien plus bas et profondément encore, de le rouer des coups de bâtons qui ne cesseront plus jusqu’à ce que les mers aient lavé de la souillure imputrescible le toit du monde de la souffrance qui a été faite au peuple des montagnes, des plateaux, des cours d’eaux, des vallées luxuriantes, tout sourire sous la pluie permanente, à la saison clémente, sous la pluie de lumière d’or  dont un si grand nombre de ses fils et filles sut se vêtir si mirifiquement et des siècles durant jusqu’à la resplendissante absolue de l’amour pour tous les êtres sensibles  et de la grande compassion plus vaste encore que la profondeur infinie des cieux étoilés et des espaces lointains et innombrables.
L’on donnera son nom, son âge, les prénoms et âges de ses parents, de sa compagne ou compagnon, le nombre de ses enfants et leur âge, l’on dira ce qu’il faisait, quelles étaient ses activités et par-dessus tout, tous, absolument tous, sauront, que, par-dessus tout, il résistait. Tous résistaient, résistent, et résisteront encore et encore ceux qui viennent viennent ...
Qu’il, comme tous les siens, résistait. Résiste. Et proteste. Et résistait à cette hauteur là, avec le curseur placé avec cette exigence là, à ce niveau là, avec cette détermination là, avec cet amour et cette compassion là pour les siens et son peuple, pour leur liberté recouvrée, à recouvrir, urgemment, protestation ultime et sacrificielle qui ne souffre d’aucune espèce de possible apaisement, si ce n’est la liberté du peuple et de la terre, des montagnes et des nuages enfin recouvertes, et celle, du premier d’entre eux-tous, Sa saintété Le XIV em Dalai-lama, Tenzin Giatso,  protestation qui ne souffre d’autre possible apaisement car, tant que l’homme, libre et courageux, aimant et profondément et fondamentalement gentil, saura faire naitre une, puis deux étincelles … Feu, il fera. 
 Lors d'une réunion d'urgence du Kashag tenue aujourd'hui, l'Administration centrale tibétaine (CTA) a exprimé sa profonde consternation et sa tristesse face à la dévastation terrible à la vie et aux biens causés par le tremblement de terre de magnitude 7,9 qui a secoué le Népal, les régions du nord de l'Inde et du Tibet, le 25 Avril 2015.

La réunion a en outre décidé que le CTA tiendrait une session extraordinaire consacrée à la prière demain à 16 heures au Tsuglagkhang, Mcleod Ganj, Dharamsala pour offrir des prières à ceux qui ont perdu la vie dans cette catastrophe naturelle.

Le Kashag, CTA, va également faire un don d'une somme de 20 NPR Lacs au gouvernement du Népal comme un gage de la contribution de l'Administration centrale tibétaine envers ses efforts de secours dans le pays.
Le Kashag a demandé à ses représentants à l'étranger et les agents d'établissement pour recueillir des dons de leurs domaines respectifs aux efforts de secours au Népal.
Le Kashag a chargé en outre tous les établissements tibétains, des monastères et des communautés au Népal de s'engager activement dans les efforts de secours et de sauvetage dans leurs localités.

Tout en exprimant son chagrin et de tristesse, Sikyong Dr. Lobsang Sangay, le chef politique du peuple tibétain, a déclaré: " A cette époque sombre et douloureuse, les mots ne parviennent pas à exprimer à quel point nous nous sentons pour les personnes concernées au Népal, le Tibet et l'Inde ".

« Au nom de l'Administration centrale tibétaine et de l'ensemble du peuple tibétain, j'exprime ma sympathie et ses profondes condoléances à ceux qui ont perdu leurs proches et dont les vies ont été gravement dévasté par cette calamité naturelle horrible."

« Nos prières sincères pour les personnes touchées par le tremblement de terre et les gouvernements à l'heure de la tragédie nationale »  concluait Sikyong.
C'est avec une profonde tristesse que nous réfléchissons sur le terrible tremblement de terre au Népal. Alors que nous continuons à recevoir des nouvelles sur les différents monastères et lieux sacrés frappés par le tremblement de terre, nos pensées et nos prières sont avec toutes les  personnes par dizaines de milliers touchées par cette terrible catastrophe.
Nous remercions tous ceux qui s'enquiérent de l'état des monastères de Mindrolling et Samten Tse. Le monastère et le centre de retraite sont indemnes et nous essayons toujours de communiquer avec les nombreux moines et nonnes qui étaient au Népal pendant cette période.

Je demande à chacun de se joindre à nous dans la prière pour tous ceux qui ont tant souffert à cause de ce tremblement de terre.
Supplier Guru Rinpoché en ce moment et faire les prières autant que possible d'aspiration, comme la prière de conduite-excellente (Zangchö Monlam) et la prière d'Amitabha.Tous les groupes d'étude qui le peuvent devraient faire Minling Dorsem (Vajrasattva Sadhana) et le dédier à toutes les victimes.
S'il vous plaît, aidez de quelque façon que vous puissiez et faites-en une opportunité et une occasion de pratiquer la compassion en action. Je vous envoie tous nos amis au Népal tout notre amour et les prières de l'ensemble de notre communauté qui se tient avec vous.

Mindrolling Jetsun Khandro Rinpoché

Namasté

Je vous invite à suivre

"Voyages et Abstraits"

l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

Merci à vous chers lecteurs.

Contact: chc.fineart@gmail.com