lundi 13 avril 2015

Tibetan Activists Condemn China's 'Patriotism' Tests for Buddhist Monks

By Sally Hayden https://news.vice.com/article/tibetan-activists-condemn-chinas-patriotism-tests-for-buddhist-monks April 8, 2015 | 6:30 pm China's top Tibetan official has continued to test the resolve of the region's citizens by announcing that Buddhist monks and nuns would begin to be evaluated for their "patriotism," while stating that national flags will be placed in all monasteries. The Communist Party's regional chief Chen Quanguo has been adding to tension in the disputed region, through what critics told VICE News are unessential and inflammatory restatements of the China's ongoing battle for ideological control over Tibet.On Wednesday Chen vowed to introduce unspecified "assessment activities" to ensure that "patriotic, law-abiding monks, and nuns" would operate in "model harmonious monasteries."Last week, he wrote in Qiushi magazine that the relationship between the region's nearly 50,000 monks and the Chinese leadership needs to be as it would be between  Read more... Lire la suite en français ci dessous...
"friends." Chen added that the Communist Party's presence and visibility in religious buildings was important."Let the monks and nuns in the temples and monasteries have a personal feeling of the party and government's care and warmth; let them feel the party's benevolence, listen to the party's words and follow the party's path," Chen said."Monks and nuns should not have to go out of their temples or monasteries to understand the party and government's policies and social progress, or Tibet's peace, stability, and good fortune, so as to be guided to follow a path of revering scientific culture."Tsering Wangchuk, press officer for the Central Tibetan Administration, spoke to VICE News about the comments, which he labeled "provocative.
""Time and again [Chen] has given such senseless comments, completely devoid of any understanding of the culture and the values of the Tibetan people living in that area," Wangchuk said.'If they were certain in their policies they wouldn't need to restate them every year, so it's a sign of uncertainty.'"
This kind of comment and this kind of policy action would only make the situation worse in Tibet. As of now Tibetans have been law-abiding and Tibet has been peaceful."Wangchuk said that the lack of violence in the region had been "largely because of the Tibetan Buddhist culture that has encouraged Tibetans to be more mindful of their actions towards any difficulties. When the Communist Party wants to attack [that] institution I think this would only destroy the situation and would push the situation into [one that's] more difficult and unstable.
"Wangchuk also said that the kind of comments that were being made by Communist Party fficials could become the instigators of a "kind of violence" in the Tibetan region. "
Certainly if there is any prospect of violence I would squarely put the blame on such policies or action," he added.Related: Only eight of China's 74 major cities passed government air quality tests. Read more here
.Matteo Mecacci, a former member of the Italian parliament and current president of the International Campaign for Tibet, told VICE News that he believed the only thing that was new about Chen's recent statements is that they are becoming "more and more aggressive.""Communist Party officials have for a long time tried to control all activities that are taking place, in Tibet in particular in monasteries," he said. Mecacci also pointed out that there is already a state presence in most monasteries."Basically in every monastery in Tibet there is a police station which has a duty to make sure that what is taught in the monasteries and said in the ceremonies are in line with the party policy," he said, adding that this is a "blatant denial of religious freedom."Mecacci told VICE News that he believes the Chinese state "wants to take control of every aspect of society, even the thinking of the people," but also that the constant reassertions of that fact only serve as a sign that "basically they have acknowledged that they're failing.""If they were certain in their policies they wouldn't need to restate them every year, so it's a sign of uncertainty," he said."They know that they don't have the allegiance of the Tibetan people and this is the reason why they're pushing. The problem is that the more they push with these aggressive policies the more reaction to it they will get."China's relationship with the Dalai Lama has recently become more complex, after the 79-year-old announced that he might not reincarnate as a political leader.
Related: China decries the Dalai Lama's 'double betrayal' nd demands he reincarnate. Read more here.
Tenzin Gyatso — the 14th Dalai Lama — has been in exile since 1959 and the failed Tibetan uprising against the Chinese government. He is currently on a trip to Japan, where he has addressed an environmental forum, and also met with groups of students and doctors.While his schedule is busy, the countries he visits can also become embroiled in political disputes with Beijing. Last week China praised Sri Lanka for avoiding a visit from the religious figure. One of the main concerns in the future, Mecacci said, is what will happen when the Dalai Lama passes on. Follow Sally Hayden 

on Twitter: @sallyhaydEn français:
Par Sally Hayden de la 8e Avril, 2015 | 18:30 Le haut responsable du Tibet de la Chine a continué à tester la détermination des citoyens de la région en annonçant que les moines et nonnes bouddhistes commenceraient à être évalués pour leur «patriotisme», tout en précisant que les drapeaux nationaux seront placés dans tous les monastères.
Chef régional du Parti communiste Chen Quanguo a été ajoutait aux tensions dans la région contestée, à travers ce que les critiques ont dit VICE Nouvelles sont retraitements non essentielles et inflammatoires de bataille continue de la Chine pour le contrôle idéologique sur le Tibet.
Le mercredi Chen a promis d'introduire non spécifiées "activités d'évaluation" pour s'assurer que «patriotiques, moines respectueux des lois, et les nonnes" se opérer dans "modèle monastères harmonieuses."
La semaine dernière, il a écrit dans le magazine Qiushi que la relation entre près de 50 000 moines de la région et les dirigeants chinois doit être aussi qu'il serait comme entre «amis». Chen a ajouté que la présence et la visibilité du Parti communiste dans les édifices religieux était important.
«Que les moines et les nonnes dans les temples et les monastères ont un sentiment personnel des soins de parti et du gouvernement et la chaleur; qu'ils sentent la bienveillance de la patrie, écouter les paroles du parti et de suivre le chemin de la patrie," a dit Chen.
"Les moines et les nonnes devraient pas avoir à sortir de leurs temples ou monastères de comprendre le parti et les politiques du gouvernement et le progrès social, ou la paix, la stabilité du Tibet, et la bonne fortune, de manière à être guidé pour suivre un chemin de vénérer la culture scientifique. "
Tsering Wangchuk, attaché de presse de l'Administration centrale tibétaine, a parlé au vice Nouvelles sur les commentaires, qu'il qualifiait de «provocatrice».
"Maintes et maintes fois [Chen] a donné ces commentaires insensés, complètement dépourvues de toute compréhension de la culture et les valeurs du peuple tibétain vivant dans cette région", a déclaré Wangchuk.
«Se ils étaient certains dans leurs politiques, ils n' auraient pas besoin de les retraiter chaque année, donc ce est un signe de l'incertitude."
«Ce genre de commentaire et ce genre d'action de la politique ne ferait qu'empirer la situation au Tibet.
 A partir de maintenant les Tibétains ont été respectueux de la loi et le Tibet a été pacifique."
Wangchuk a dit que l'absence de violence dans la région avait été «principalement en raison de la culture bouddhiste tibétaine qui a encouragé les Tibétains à être plus conscients de leurs actions à l'égard des difficultés. Quand le Parti communiste veut attaquer l' institution je pense que ce serait seulement détruire la situation et pousserait la situation qui est plus difficile et instable ".
Wangchuk a également déclaré que le genre de commentaires qui ont été faits par les fonctionnaires du Parti communiste pourrait devenir les instigateurs d'une "forme de violence" dans la région tibétaine. "Certes, si il n'y a aucune perspective de la violence 
J'ai carrément mis le blâme sur ces politiques ou l'action", at-il ajouté.
Connexe: Seulement huit des 74 grandes villes chinoises passé les tests de qualité de l'air du gouvernement. Lire la suite ici.
Matteo Mecacci, un ancien membre du parlement italien et actuel président de la Campagne internationale pour le Tibet, a déclaré VICE Nouvelles qu'il croyait que la seule chose qui était de nouveau sur les récentes déclarations de Chen, ce est qu'ils sont de plus "de plus en plus agressive."
"les Fonctionnaires du Parti communiste ont depuis longtemps essayé de contrôler toutes les activités qui se déroulent, au Tibet, en particulier dans les monastères," at-il dit. Mecacci a également souligné qu'il existe déjà une présence de l'État dans la plupart des monastères.
"Fondamentalement, dans chaque monastère au Tibet il ya une station de police qui a le devoir de se assurer que ce qui est enseigné dans les monastères et dit dans les cérémonies sont en ligne avec la politique du parti," at-il dit, ajoutant que ce est une «flagrante déni de la liberté religieuse ".
Mecacci dit VICE Nouvelles qu'il croit que l'Etat chinois "veut prendre le contrôle de tous les aspects de la société, même la pensée des gens», mais aussi que les reassertions constants de ce fait ne servent comme un signe que "fondamentalement, ils ont reconnu que ils échouent. "
"Se ils étaient certains dans leurs politiques, ils ne auraient pas besoin de les retraiter chaque année, donc ce est un signe d'incertitude," at-il dit.
"Ils savent qu'ils ne ont pas l'allégeance du peuple tibétain et ce est la raison pour laquelle ils pousser. Le problème c' est que plus ils poussent à ces politiques agressifs plus de réactions ils obtiendront."
La relation de la Chine avec le dalaï-lama a récemment devenue plus complexe, après la 79-year-old a annoncé qu'il ne pourrait pas se réincarner en tant que leader politique.
Liés: la Chine dénonce le dalaï-lama «double trahison» et exige qu'il se réincarner. Lire la suite ici.
Tenzin Gyatso - le 14e Dalaï Lama - a été en exil depuis 1959 et l'échec du soulèvement tibétain contre le gouvernement chinois. Il est actuellement sur un voyage au Japon, où il a adressé un forum environnemental, et a également rencontré des groupes d'étudiants et des médecins.
Bien que son emploi du temps est occupé, les pays qu'il visite peuvent également se laisser entraîner dans des conflits politiques avec Pékin. La semaine dernière, la Chine a félicité Sri Lanka pour éviter une visite de la figure religieuse.
L'une des principales préoccupations dans l'avenir, Mecacci dit, est ce qui se passera lorsque le Dalaï Lama transmet.



Namasté

Je vous invite à suivre

"Voyages et Abstraits"

l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

Merci à vous chers lecteurs.

Contact: chc.fineart@gmail.com