samedi 16 mai 2015

Le séisme au Népal met en lumière le danger des barrages de l’Himalaya. Source Press: tibet.fr

barrage népal
Source Third Pole Read more...



6 Mai 15
Le développement de l’énergie hydro-électrique au Tibet s’accompagne de risques énormes à cause des importants risques de tremblements de terre. De plus, ces projets ne sont peut-être pas nécessaires, disent les experts.
Bien que le bilan précis des dégâts au Népal soit encore incomplet, il est probable que le puissant tremblement de terre du mois dernier ait endommagé gravement une douzaine de projets hydro-électriques.
Cela devrait servir d’avertissement pour les projets de l’autre côté de la frontière avec le Tibet, une zone elle aussi traversée de failles sismiques très actives.
En novembre dernier, le premier barrage important du Tibet, à Dram ( Zangmu en chinois ) a commencé à produire de l’électricité à large échelle.
En dehors de risques associés aux barrages existants et à venir du Tibet, surtout concentrés sur le Yarlung Tsampo (qui devient le Brahmapoutre une fois en Inde) il y a peu d’indications que ces barrages soient réellement utiles, remarque Fan Xiao, géologiste et ingénieur en chef du Bureau des Mines au Sichuan *. La région, dit-il à thethirdpole.net, n’a ni la population, ni l’économie, ni la demande pour cette électricité ; on pourrait la vendre au reste de la Chine, ou aux pays voisins, l’Inde et le Népal, mais la viabilité économique de ces projets est compromise par les coûts importants de transport de cette énergie, dont une grande partie serait gaspillée en raison des distances en question.
Ajoutez-y les dégâts pour le Tibet sur les plans géologique, environnemental et social, et les inconvénients dépassent les avantages, conclut M. Fan
Au Népal pendant de temps on ne connaît toujours pas l’étendue des dégâts causés aux barrages par ce tremblement de terre de 7,9 d’intensité. M. Lu Chun, président de la Société des Trois Défilés, a indiqué que la priorité était aux secours, pas à l’évaluation immédiate des dégâts. Cette
Liu Qin, 6 Mai 15
Le développement de l’énergie hydro-électrique au Tibet s’accompagne de risques énormes à cause des importants risques de tremblements de terre. De plus, ces projets ne sont peut-être pas nécessaires, disent les experts.
Bien que le bilan précis des dégâts au Népal soit encore incomplet, il est probable que le puissant tremblement de terre du mois dernier ait endommagé gravement une douzaine de projets hydro-électriques.
Cela devrait servir d’avertissement pour les projets de l’autre côté de la frontière avec le Tibet, une zone elle aussi traversée de failles sismiques très actives.
En novembre dernier, le premier barrage important du Tibet, à Dram ( Zangmu en chinois ) a commencé à produire de l’électricité à large échelle.
En dehors de risques associés aux barrages existants et à venir du Tibet, surtout concentrés sur le Yarlung Tsampo (qui devient le Brahmapoutre une fois en Inde) il y a peu d’indications que ces barrages soient réellement utiles, remarque Fan Xiao, géologiste et ingénieur en chef du Bureau des Mines au Sichuan *. La région, dit-il à thethirdpole.net, n’a ni la population, ni l’économie, ni la demande pour cette électricité ; on pourrait la vendre au reste de la Chine, ou aux pays voisins l’Inde et le Népal, mais la viabilité économique de ces projets est compromise par les coûts importants de transport de cette énergie, dont une grande partie serait gaspillée en raison des distances en question.
Ajoutez-y les dégâts pour le Tibet sur les plans géologique, environnemental et social, et les inconvénients dépassent les avantages, conclut M. Fan
Au Népal pendant de temps on ne connait toujours pas l’étendue des dégâts causés aux barrages par ce tremblement de terre de 7,9 d’intensité. M. Lu Chun, président de la Société des Trois Défilés, a indiqué que la priorité était aux secours, pas à l’évaluation immédiate des dégâts. Cette Société des Trois Défilés a reçu l’autorisation de construire un barrage au Népal pour un coût de 1,6 milliard de dollars, à peine quelques semaines avant le tremblement de terre. En dépit de son énorme potentiel, le Népal ne produit que 800 MW grâce à l‘hydro-électricité, à comparer à des besoins de l’ordre de 1400 MW. L’Inde jouit actuellement d’une situation de monopole pour la construction de barrages au Népal, mais l’arrivée des sociétés chinoises pourrait changer la donne.
M. Yang Yong, géologue et directeur de l’Institut Hengduan de Recherches sur la Montagne a expliqué à thethirdpole.net que dans la région du Yarlung Tsampo les tremblements de terre et les éboulements étaient choses courantes.
Cela pourrait aggraver les répercussions d’un tremblement de terre et augmenter les risques liés aux catastrophes naturelles. M. Yang Yong rappelle qu’en 2000 il a été le témoin d’un éboulement qui a entrainé la formation d’un lac de 4 milliards de mètres cube (pour plus de détails lire http://www.thethirdpole.net/worlds-largest-hydropower-project-planned-for-tibetan-plateau/)
Deux mois plus tard, ce barrage naturel a cédé, ce qui a paralysé les transports et touché un million de personnes. Le gouvernement chinois affirme qu’il y a besoin de nouveaux barrages pour doper l’économie et fournir de l’électricité, au moment où les fumées des centrales à charbon étouffent les grandes villes du pays. Dans le 13ème plan (2016 à 2020), des barrages importants sont prévus sur le Yarlung Tsampo, le Jingsha (ou Haut-Yangtse), le Lantsang (Mékong) et la Nu (Salouen).
Le site de cette Société des Trois Défilés annonce que la prochaine Conférence Mondiale sur les Centrales Hydro-électriques aura lieu cette année en Chine, en raison du développement incroyable de ce secteur dans le pays. D’après les statistiques du Conseil Chinois de l’électricité pour Mars, la Chine dispose aujourd’hui d’une capacité de production hydro-électrique de plus de 300 Gigawatts, bien plus qu’aucun autre pays.
Traduction Ranjung Dorje

NEPAL EARTHQUAKE HIGHLIGHTS DANGERS OF DAM BUILDING IN TIBET

Namasté

Je vous invite à suivre

"Voyages et Abstraits"

l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

Merci à vous chers lecteurs.

Contact: chc.fineart@gmail.com