mercredi 3 juin 2015

La Chine réprime violemment les manifestations de nomades tibétains

Source http://www.tibet.fr/actualites/la-chine-reprime-violemment-les-manifestations-de-nomades-tibetains/ http://www.bignewsnetwork.com/index.php/sid/233343325
Big News Network (IANS) Saturday 30th May, 2015
La Chine « réprime avec violence » toutes les manifestations de nomades Tibétains qui exigent le retour vers leurs pâturages et leur mode de vie nomade sur le plateau tibétain, a déclaré samedi un militant pour les droits des Tibétains. Lire la suite
Mme Tsering Tsomo, une nomade Tibétaine elle-même, dirigeante du Centre Tibétain pour les Droits de l’Homme et la Démocratie, indique que la population des nomades au Tibet s’est réduite « de centaines de milliers » au cours des dernières années, depuis que le gouvernement Chinois a lancé cette politique qui oblige les nomades à abandonner la pratique du pâturage dans les herbages d’altitude et à vivre dans des agglomérations de maisons en ciment.
« La société civile n’existe pas en Chine ; personne ne peut présenter une pétition au gouvernement de façon pacifique. Toute forme de demande ou manifestation pacifique est violemment réprimée. », Mme Tsering Tsomo a ajouté lors d’une rencontre avec la presse au Club des Correspondants Etrangers pour communiquer un rapport sur ces nomades du Tibet qui sont en train de disparaître .
Mme Tsering Tsomo, qui a grandi dans l’Himachal Pradesh, a expliqué que le gouvernement chinois, après avoir forcé les nomades à quitter les pâturages, y installe des usines chimiques et des industries qui polluent les nombreux cours d’eau qui y prennent naissance. Ce rapport, « Vies gâchées : la campagne chinoise pour mettre fin au nomadisme tibétain », donne la parole aux nomades qui doivent vivre ces vies gâchées dans des quartiers bétonnés en banlieue des villes, peu préparés qu’ils sont pour se fondre dans la société chinoise, en raison de leur manque de compétences, ou parfois ne sachant même pas le chinois.

http://www.tchrd.org/2015/05/wasted-lives-new-report-offer-fresh-insights-on-travails-of-tibetan-nomads/
publication du TCHRD : « la vie gâchée des nomades tibétains »
 »
Ce rapport approfondi a été publié par le TCHRD  -parrainé par le Dalaï Lama- et par l’ONG Ligue pour les Peuples Eleveurs ; il plaide pour les nomades tibétains, demande qu’on leur rende leurs territoires, des herbages d’altitude aussi étendus que l’Europe de l’ouest, et qu’on les autorise à s’y déplacer avec leurs troupeaux afin d’y préserver l’écosystème. «  Nous voulons que le gouvernement chinois cesse avec cette politique qui exclut les nomades du plateau tibétain. Nous voulons en reprendre la gérance, nous sommes ceux qui en connaissons le mieux le mode d’emploi.”
D’après Gabriel Laffitte, l’auteur de ce rapport, un journaliste qui étudie le sujet au Tibet depuis vingt ans,  ces terres sont riches en gisements d’or, de cuivre, de plomb et autres métaux précieux.  Il explique que des centaines de mines, pour beaucoup illégales et gérées par des chinois de l’intérieur, sont apparues au milieu de ces terres dont les nomades tibétains ont été évincés.
La Chine a lancé en 2003 un programme de sédentarisation qui pousse les nomades à mener une vie sédentaire, par la force si nécessaire, un programme inspiré par de fausses théories selon lesquelles les animaux détruisent l’environnement par surpâturage. Cet abandon forcé par les nomades de leur mode de vie a conduit au contraire à la dégradation des herbages, explique M. Laffitte, car le grignotage de l’herbe par les moutons et les yacks renforce les racines et prévient l’érosion. Les  nomades du Tibet connaissent bien l’écologie de ces pâturages d’altitude. Si on les autorisait à nouveau à se déplacer, ils pourraient remettre ces terres en valeur.  « Vingt-deux des cent quarante Tibétains qui se sont déjà immolés par le feu pour demander l’indépendance du Tibet étaient des nomades » a-t-il ajouté.
Ilse Kohler-Rollefson, de l’ONG allemande Ligue pour les Peuples Eleveurs indique que la consommation mondiale de viande et de produits laitiers allait doubler d’ici 2050, et que les éleveurs nomades opèrent de façon durable. « Le nombre de leurs animaux s’adapte de façon naturelle à la disponibilité  en pâturages ; il ne peut pas y avoir de surpâturage » ; elle a qualifié la politique chinoise qui consiste à écarter animaux et nomades de ces terres de « complètement erronée ». Elle a ajouté que la Chine comme l’Inde était signataire de la convention des Nations Unies sur la bio-diversité, et avait de ce fait une obligation légale de défendre les éleveurs nomades.
Traduction Ranjung Dorje

Namasté

Je vous invite à suivre

"Voyages et Abstraits"

l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

Merci à vous chers lecteurs.

Contact: chc.fineart@gmail.com