vendredi 30 septembre 2016

http://www.imagineclarity.com/index-fr.html


UNE COMBINAISON ESSENTIELLE DE SAGESSE, DE COMPASSION ET DE PLEINE CONSCIENCE

Commencer votre voyage avec “Imagine Clarity”. Instructions pour pratiquer la méditation partagées par Matthieu Ricard.Recevez notre newsletter à propos de la version française de l’application ImagineClarity

Une meilleure harmonie entre les religions

 http://matthieuricard.org/blog/posts/une-meilleure-harmonie-entre-les-religions        
http://matthieuricard.org
Le Dalaï-lama déplore profondément que les religions soient souvent devenues des sources de conflits majeurs. À l’origine, toutes les grandes traditions religieuses ont eu pour but d’améliorer l’homme, non pas de lui nuire. On retrouve dans toutes les spiritualités la notion d’amour du prochain, même si cet idéal été maintes été fois démenti par les faits. Selon le Dalaï-lama, une telle perversion se produit lorsque l’on brandit la religion comme un drapeau, qu’on la transforme en diktat, sans en comprendre ni en pratiquer le sens profond. Il propose quatre démarches qui peuvent contribuer à l’élimination de ces dissensions :                                                                                                                                                                                                            1) Rencontrer les érudits appartenant à des confessions différentes afin d’apprendre à mieux connaître les fondements philosophiques des autres religions.
2) Rencontrer des contemplatifs afin de partager les expériences spirituelles.
3) Organiser des rencontres interreligieuses, comme celle qui s’est tenue à Assise en 1986, permettant aux chefs religieux de développer un respect mutuel et de trouver ensemble des remèdes aux tensions entre les différentes communautés.
4) Organiser des pèlerinages auxquels participeraient des fidèles de différentes confessions, car en se rendant dans ces endroits exceptionnels, chaque pèlerin exprime ce qu’il a de plus noble en lui-même, facilitant ainsi un climat d’ouverture et d’entente. C’est ainsi que le Dalaï-lama s’est notamment rendu, en compagnie de représentants des autres religions, à Jérusalem, à Lourdes, à Fatima, à Bénarès, au Kumba Mela d’Allahabad (où 70 millions d’hindous se sont retrouvés en 2002).La responsabilité universelle 
La notion de « responsabilité universelle » est l’une des notions les plus importantes que développe le Dalaï-lama. Elle est fondée sur le concept de l’interdépendance qui est au cœur de la réalité et de la philosophie bouddhiste. Notre vie entière est intimement liée à un très grand nombre d’êtres et notre bonheur passe nécessairement par celui des autres. Vouloir construire notre bonheur sur la souffrance d’autrui est non seulement amoral, mais irréaliste. En effet, tout changement important qui se produit quelque part dans le monde a des répercussions sur chacun d’entre nous. Nous devons donc nous sentir concernés dans nos pensées et nos actes par le bien-être de tous les êtres. D’où l’importance essentielle de la notion de non-violence entre les hommes, non-violence à l’égard des animaux et non-violence encore à l’égard de l’environnement.

Moines visitant la grotte du Mont Bahla, Denkhok, où Dilgo Khyentsé Rinpotché médita durant sa jeunesse (5100 m). Il y passa un hiver entier en retraite solitaire, coupé du monde par la neige. Le mont Bahla domine la vallée de Denkhok ou coule la rivière Drichou (qui devient le Fleuve Yangtsé en Chine). Tibet oriental, 2001.vhttp://matthieuricard.org/blog/posts/une-meilleure-harmonie-entre-les-religions

jeudi 29 septembre 2016

Agenda

AN EVENING WITH MATTHIEU RICARD and LAURIE ANDERSON: ON COMPASSION IN ACTION, ALTRUISM and THE RIGHTS of ANIMALS AS SENTIENT BEINGS

Le 5 novembre 2016 de 20:00 à 22:00
New York Open Center, New York, USAMatthieu Ricard, world-renowned author, scientist, humanitarian, and Buddhist monk, and Laurie Anderson, multi-disciplinary artist extraordinaire, discuss ideas from Matthieu’s newest book, A Plea for the Animals, as well as from his seminal text, Altruism. According to Matthieu, every bear, dog, or mouse experiences sorrow and feels pain as in...

lundi 26 septembre 2016

Sourire de la semaine

Homme lors de festivités (Tibet oriental, 2010)

Pensée de la semaine

Les qualités de l'Éveil, quant à elles, sont inhérentes à la conscience mais peuvent longtemps rester imperceptibles. La nature ultime de l'esprit, la vacuité douée de toutes les qualités suprêmes de l'Éveil, est donc toujours présente en nous, mais demeure latente aussi longtemps que nous ne l'avons pas découverte et que nous ne nous sommes pas familiarisés avec elle.
Extraits de rdo rje theg pa'i thun mong gi sngon 'gro spyi la sbyor chog pa'i khrid yig kun mkhyen zhal lung rnam grol shing rta, (Le Chariot de la complète libération, transmission orale des omniscients, instructions applicables à toutes les pratiques préliminaires du Véhicule Adamantin), vol. 7 de "Collected works of zhe chen rgyal tshab padma rnam rgyal," Paro, Dilgo Khyentsé Rinpoché, 1975 à 1994, p. 361
SHECHEN GYALTSAP (1871-1926)http://www.matthieuricard.org/

lundi 19 septembre 2016

Sourire de la semaine

La femme la plus heureuse du monde? (Golok, Tibet oriental, 2010)


Pensée de la semaine

On peut se demander : ‟ Si la nature de la bouddhéité se trouve en moi, pourquoi ne puis-je pas la percevoir tout de suite ? ” Parce que, à l'image de l'or enfoui dans sa gangue, elle est voilée par les tendances que nous avons accumulées depuis des temps immémoriaux, tendances qui ont elles-mêmes été induites par les poisons mentaux, puis renforcées par les actes auxquels ces perturbations ont donné lieu.
Extraits de rdo rje theg pa'i thun mong gi sngon 'gro spyi la sbyor chog pa'i khrid yig kun mkhyen zhal lung rnam grol shing rta, op. cit., p. 361
SHECHEN GYALTSAP (1871-1926)http://www.matthieuricard.org/

dimanche 18 septembre 2016

Matthieu Ricard : « L’altruisme est la seule réponse pragmatique aux défis du XXIe siècle »

Figure spirituelle du bouddhisme, le dalaï-lama développe, dans son dernier livre, « Nouvelle Réalité », une réflexion sur la responsabilité universelle notamment concernant l’urgence environnementale. À l’âge de l’Anthropocène, explique Matthieu Ricard, qui est proche du dalaï-lama, l’homme doit changer individuellement pour changer le fonctionnement du monde.https://reporterre.net/Matthieu-Ricard-L-altruisme-est-la-seule-reponse-pragmatique-aux-defis-du-XXIe
Matthieu Ricard est docteur en génétique cellulaire, moine bouddhiste tibétain, auteur et photographe. Il est l’interprète pour le français du dalaï-lama.

Reporterre — Quelle relation le dalaï-lama entretient-il avec les problèmes environnementaux contemporains ?
Matthieu Ricard — Le dalaï-lama est un citoyen du Tibet, le « toit du monde », où naissent les fleuves qui abreuvent 45 % de l’humanité et où la biodiversité est immense, avec plus d’animaux sauvages que d’être humains. Né dans cet environnement, le dalaï-lama a toujours porté le message de la non-violence vis-à-vis des êtres humains, des animaux, de la nature. La non-violence ne consiste pas simplement à ne pas faire violence mais aussi à promouvoir quelque chose de constructif, de positif, de respectueux. C’est considérer autrui. Philosophiquement, le bouddhisme se fonde sur l’interdépendance de tous les phénomènes. L’interdépendance est donc au cœur de la compréhension du système écologique. Le bouddhisme n’a jamais eu aucun mal a être en harmonie avec tout ce qui consiste à reconnaître, d’abord, la globalité du système et, ensuite, l’importance à la fois d’un engagement personnel et la responsabilité globale. Comme le disait Martin Luther King : « Nous sommes tous venus dans des esquifs différents, mais nous sommes maintenant tous dans le même bateau. »
JPEG - 267.5 ko
Le monastère de Drepung, près de Lhasa, la capitale du Tibet

Quelles solutions le dalaï-lama évoque-t-il ?
Le dalaï-lama n’a cessé de mettre l’accent sur la compassion, la bienveillance et la solidarité. L’altruisme est la seule et unique solution pragmatique aux défis du XXIe siècle, dont la crise de l’environnement. Parce que, si on se fiche du sort des générations à venir, le problème environnemental ne nous concerne pas, on ne sera plus là ! Aussi complexe la question soit-elle, politiquement, économiquement et scientifiquement, elle revient, en fin de compte, à l’altruisme versus l’égoïsme. C’est pour ça que nous avons besoin de cette considération d’autrui, pour avoir aujourd’hui une économie plus positive, plus altruiste, pour avoir une plus grande justice sociale et moins d’inégalités et, surtout, pour préserver le sort de milliards et de milliards de générations à venir et des 8 millions d’espèces animales qui sont nos concitoyens en ce monde.

Quelle rôle détenons-nous dans l’écosystème ?
Le sort aujourd’hui est entre nos mains puisque nous sommes entrés dans l’Anthropocène. La question n’est plus seulement théorique : nous avons le pouvoir de détruire ou de préserver cette biosphère. Notre responsabilité s’en trouve immensément accrue et nous ne pouvons pas détourner le regard en disant que c’est pas notre affaire. C’est notre affaire à tous. C’est nous, individus, qui devons changer notre opinion pour que la culture change. Quand la culture changera, les institutions changeront à leur tour, parce que les membres d’une nouvelle culture n’éliront plus les mêmes responsables. Cela ne sera plus les divisions entre la droite et la gauche, nous saurons tous nous unir pour sauvegarder cet univers qui est le nôtre.

Le pape François a publié en juin 2015 une encyclique sur la protection de l’environnement. Peut-on la comparer avec le nouvel ouvrage du dalaï-lama ?
Oui et non, dans la mesure où le dalaï-lama ne représente pas les 250 millions de bouddhistes dans le monde, bien qu’il soit une grande figure morale de notre temps. Le christianisme, lui, n’a pas toujours eu une vision très claire à propos de l’environnement, notamment des animaux, mais l’ensemble de conseillers scientifiques très pertinents et bien informés du pape François ont fait que cette encyclique a un poids immense sur le plan moral pour tous les chrétiens et pour l’ensemble de l’humanité. Je crois que c’est un événement majeur, et le point de vue qu’aborde le dalaï-lama dans son dernier ouvrage s’inscrit dans cette optique. On peut espérer que l’ensemble des grands représentants des religions mais aussi de l’éthique, qu’elle soit religieuse ou laïque, parlent tous avec la même voix, le même cœur et la même intelligence. 

- Propos recueillis par Isaline Bernard

- Nouvelle réalité, vers l’âge de la responsabilité universelle par le dalai-lama et Sofia Stril Rever, Les Arènes, 248 p., 19 €.

Namasté

Je vous invite à suivre

"Voyages et Abstraits"

l'information bouddhiste, pas de commentaire sur ce blog, seuls vos réactions sur g+ et partages sur

Blogger, g+, twitter, facebook et Pinterest.

Merci à vous chers lecteurs.

Contact: chc.fineart@gmail.com